Définition de : lupanar

lupanar & lupanaire n.m.

Définition

Bordel, maison de tolérance, maison de débauche, maison de prostitution ; lieu de débauche

fréquence : 056
registre ancien : 4 registre moderne : 4

synonyme : bordel, maison de tolérance usage : Argot de la prostitution

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1532.

1831 1835 1836 1841 1841 1841 1846 1863 1862 1877 1880 1886 1887 1890 1892 1892 1894 1896 1899 1901 1904 1904 1910 1912 1918 1925 1925 1927 1929 1930 1934 1935 1936 1937 1937 1939 1945 1947 1952 1955 1961 1966 1966 1969 1971 1971 1975 1976 1979 1982 1997 2002 2007 2012 2015 xxxx

Citations

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

LUPANAR, subst. masc. Littér. Maison de prostitution. Synon. bordel (vulg.), bobinard (pop.), bocard, boxon (arg.). Femme, fille de lupanar; tenancier (-ière) de lupanar; lupanar immonde. C'est avec son corps, tout comme ses soeurs du lupanar et du trottoir, que cette créature gracieuse (...) a gagné le droit de s'asseoir légalement dans ce milieu (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 33). Je déguisais ma chère maîtresse en bardache, je la grimais en vieille salope sinistre et poivrée; je traînais mon amour au lupanar, je baignais mon cher archange dans les latrines (MILOSZ, Amour. initiation, 1910, p. 105): .... ce même homme, après l'avoir délaissée, la retrouvait quelque soir d'orgie au fond du lupanar, pâle et plombée, à jamais perdue, avec la faim sur les lèvres et la prostitution dans le coeur. MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 16. Emploi en appos. à un subst. avec valeur d'adj. Il oppose à l'art voluptueux des Raphaël, des Titien et des Giorgione l'art lupanar des Rops, des Guys, des Toulouse-Lautrec, des Forain et des Degas (BARRÈS, Cahiers, t. 7, 1909, p. 159). Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1532 lupanare (RABELAIS, Pantagruel, chapitre 6, éd. V.-L. Saulnier, p. 32). Lupanar, mot lat. signifiant « maison de prostitution, lieu de débauche » (de lupa « louve » et au fig. « courtisane, prostituée »). Fréq. abs. littér.: 61. (tlfi:lupanar) /

  • viendrait de la désignation de prostituées en louves (voir ce mot) [Hayès-I,9]
  • lat. lupanar, de lupa (→ louve), au sens fig. de « prostituée » (GR)
  • 1532 Rabelais (lupanare) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.