jean-foutre

jean-foutre Terme de mépris insultant : imbécile, coquin, lâche, canaille, cocu, traître, incapable ; faire l'idiot, l'imbécile
date 1657
fréquence 47
synonyme imbécile, idiot, bête, terme de mépris, formule de mépris, cocu

jean-foutre

& Jean Foutre ; jeanfoutre ; jean foutre ; Jean-foutre ; jean-foutres (pl.) ; Jeans-foutres (pl.) ; jean... ; J... F... ; Jean-F... ; jean-f.. ; jeanf.... ; jeanfo..... ; jeanfoutre de ; jean-foutre de ; faire le jean-foutre

Terme de mépris insultant : imbécile, coquin, lâche, canaille, cocu, traître, incapable ; faire l'idiot, l'imbécile

registre ancien : 7 registre moderne : 6

10083_jean_foutre_pere_duchesnes_1793.jpg: 758x600, 109k (02 avril 2017 à 12h31)

1820 St-Elme, tirant son épée. Le premier jean-foutre qui me touche, je lui coupe le visage. 1820?. L'intrigue au bordel
1871 À propos des jean-foutres de mouchards qui voudraient pousser les bons patriotes à la guerre civile. 1871. Le Père Duchêne (2)
1871 Le jean-foutre Jules Ferry qui, pendant les quatre mois du siège, a laissé crever de faim les pauvres bougres de patriotes a, paraît-il, l'intention de se tirer des pieds du garde-manger de l'Hôtel-de-Ville, où depuis le 4 septembre jusqu'au 28 janvier ces braves n'ont bu que 43008 bouteilles de vin fin. 1871. Le Père Duchêne (2)
1939-1944 Extrait de l'allocution prononcée hier soir à la radio par le distingué Jean-Foutre Giraudoux : « L'homme est à cette chasse qu'est la guerre. Il est parti pour faire sortir du foyer ce tiers, cet intrus qui pénétrait depuis trois ans […] et qui était Hitler. […] » – C'est beau la littérature ! – Il est parti, l'homme, le travailleur français. Mais pourquoi donc M. Jean-Foutre Giraudoux n'est-il pas parti ? Ni M. Louis Renault ? Ni M. Rotschild ? Ni M. P.-L. Weiller ? Ni tous ces messieurs des Forges, des houillères, des assurances et autres lieux ? 1939-1944. Le théâtre de l'Occupation
1949 –Le mot ! Le mot quoi ? –Le mot qu'on n'était pas d'accord… –Vous l'avez perdu. Jean-foutre ! 1949. Casse-pipe
1778 Plût à Dieu, s'écria Ambroise, que je fusse débarassé de cette carogne-là, car on ne me retirera jamais de l'esprit que je ne suis pas moins J.. F.. que saint Joseph lui-même 1778. Mémoires de Suzon, soeur de D.. B.., portier des chartreux, écrits par elle-même
1950 de vous mettre en bagarre avec les ombres des jean-foutres que vous fûtes 1950. Ainsi soit-il
1949 Des hommes, ça ?… Allons donc !… Même pas des Jean-foutre : des ministres 1949. Mémoires d'un contrôleur des wagons-lits recueillis par René Delpêche
1832 Si je tenais les gredins qui servent l'Anglais sous mes pieds, comme je te leur mettrais leur jeanfoutre de tête en marmelade ! 1832. Le négrier - Aventures de mer
1756-1763 (vers) Mlle Granville ayant crié que son chant ennuyait ses gens, le frère a monté et a dit que ses gens étaient des J... F... [04/1759] 1756-1763 (vers). Paris sous Louis XV - Rapports des inspecteurs de police au roi
1889 j'aurais jamais cru qu'il aurait gagné, avec un jeanfoutre de jeu comme çui qu'il avait ! 1889. Le soldat Chapuzot
1998 Tas de jean-foutre ! 1998. Il faut tuer René Dousquet !
1954 je n'osais plus lever les yeux. J'avais agi comme un jean-foutre. Ce n'était pas une façon de se conduire à la table de gens corrects. 1954. Les portes de l'aventure
1949 Je ne m'étais jamais aperçu à quel point il pouvait être emmerdant, avec son ironie de prisunic et son regard de jean-foutre 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain

<14 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

JEAN-FOUTRE, subst. masc. inv. Vulg., péj. [Avec une valeur injurieuse; marque le mépris envers qqn qui est présenté comme incapable, indigne ou moralement condamnable] Synon. foutriquet (rare), propre-à-rien. Bardoux décidément m'a l'air d'un jean-foutre. Pas de réponse à mes billets. Pas de dîners. Si je n'ai de lui aucune nouvelle avant mon départ, j'irai lui reprendre le manuscrit de la féerie, lui cracherai son fait au nez, et puis, bonsoir (Flaub., Corresp.,1878, p. 66).− Ah bien ! dit Loubet, il est raté, leur feu d'artifice ! − Pour sûr qu'ils ont pissé dessus ! ajouta Chouteau, en ricanant. Le lieutenant Rochas lui-même s'en mêla. − Quand je vous disais que ces jean-foutre ne sont pas même capables de pointer un canon! (Zola, Débâcle,1892, p. 240): − « Eh bien », jeta Studler, farouche, « vous êtes peut-être de grands pontifes, mais, pour moi, vous n'êtes que des jean-foutre! » Il recula d'un pas, et la lumière du plafonnier éclaira soudain son visage. On y lisait (...) non seulement un mépris révolté, mais une sorte de défi, presque une menace... Martin du G., Thib., Consult., 1928, p. 1118. Prononc. et Orth. : [ʒ ɑ ̃futʀ ̥]. Var. soudée ds Lar. Lang. fr. Plur. invar. mais des jean-foutres (Martin du G., Vieille Fr., 1933, p. 1094). Étymol. et Hist. [1661 janfoutre, Lettre du 23 août, Arch. de la Côte-d'Or E. 2854, minutes notariales ds Dauzat 1938] ; 1750 terme injurieux (Fougeret de Monbron, Margot la Ravaudeuse, éd. J.J. Pauvert, p. 62). Composé de jean-* et de foutre*. Fréq. abs. littér. : 47. (tlfi:jean-foutre) /

  • jean-foutre n.m. non conv. INJURE - Lex.[75], ND4, PR[77], DFNC, TLF (janfoutre), 1661 ; GLLF, mil. 17e et 1792 ; FEW (5, 46a), 1792 ; R, BW6, 18e.
    • 1657 - «Il disoit que tous ces Jean...... [sic] de princes n'estoient bons qu'à noyer [...]» Tallemant des Réaux, Historiettes, t. 1, 31 ; cf. t. 2, 5 ; t. 6, 496 ; t. 7, 351 (Ed. Monmerqué et P. Paris, 1854) - R.M.
  • jean-foutre n.m. non conv. INJURE "surnom injurieux, incapable" - DDL 22, 1657, Tallemant [repris in GR] ; TLF (janfoutre), DFNC, 1661 ; DArg., 1750 ; FEW (5, 46a), GLLF, BEI, 1792. J.F. abrév. - ø t. lex. réf. ; absent TLF.
    • 1783 - «Il ordonne au jeune homme de ne point insister & d'avancer. Le plaignant l'instruit du motif qui l'oblige de sortir ; M. de Massif le maltraite de paroles, l'appelle petit foutriquet. Le jeune homme lui répond que c'est lui qui est un grand J.F. depuis les pieds jusqu'à la tête.» Mém. secrets, XXIII, 65 (Adamson) - P.E.
  • jean-foutre n.m. non conv. INJURE "surnom injurieux, incapable" - DDL 22, 1657, Tallemant [repris in GR] ; TLF (janfoutre), DFNC, 1661 ; DArg., 1750 ; FEW (5, 46a), GLLF, BEI, 1792. "Par allusion :"
    • 1827 - «Ne se nomme-t-il pas Jean-François, comme feu M. de La Harpe ? Beau cadeau à faire à notre enfant que de lui donner des noms dont un brave homme ne peut pas signer les initiales !» A.V. Arnault, Critiques, in A.V. Arnault, Oeuvres, II, 182 (Bossange) - P.E. (bhvf:jean-foutre) /

D'un emploi injurieux de Jean, et foutre (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).