¶ aristo

  • aristo
    • ■ Aristocrate, noble, classe nobiliaire ; ■ < distingué, élégant, d'éducation supérieure, de la bonne société, qui a des manières élégantes ; qui appartient aux classes sociales supérieures, riches, par opposition au peuple et aux ouvriers qui travaillent durement ; riche, privilégié
    • fréquence : 049
    • id : 7137

aristo & Aristo ; faire l'aristo n., adj.

Définition

■ Aristocrate, noble, classe nobiliaire ; ■ < distingué, élégant, d'éducation supérieure, de la bonne société, qui a des manières élégantes ; qui appartient aux classes sociales supérieures, riches, par opposition au peuple et aux ouvriers qui travaillent durement ; riche, privilégié

fréquence : 049
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : aristocrate, noble morphologie : apocope, apocope en -o usage : politique

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1848.

1857 1859 1870 1871 1871 1871 1872 1876 1882 1887 1887 1889 1892 1895 1896 1899 1899 1901 1902 1904 1905 1908 1909 1911 1912 1916 1917 1918 1920 1925 1927 1928 1935 1935 1937 1951 1952 1954 1957 1960 1960 1969 1969 1979 1980 1982 1983 1984 1998

Citations (aide)

  • 1887 monsieur roupille ! et moi je turbine ! sacré vaurien ! Un aristo ! quoi ! source : 1887. Le monde des prisons
  • 1871 nous boirons chopine ensemble, en causant des affaires de la nation, foutre ! qui nous regardent bien autant que les riches et les aristos ! source : 1871. Le Père Duchêne (3)
  • 1960 Quand Glatigny avait pris le commandement du bataillon, Mansard lui avait fait « la pâle gueule ». Il n'était pour l'ancien tourneur qu'un aristo, qui venait du grand état-major de Saigon. source : 1960. Les Centurions
  • 1905 Y'avait une mort spéciale aux aristos source : 1905. L'automobile du pauvre
  • 1892 s'ils n'avaient pas eu des pelures d'aristos, je les aurais pris pour des mouches source : 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique
  • 1969 seules les femmes d'aristo pouvaient encore s'offrir ce luxe source : 1969. Au décarpillage
  • 1870 espèce d'aristo, bon à rien, va donc, rapointi de ferraille source : 1870. Le sublime ou le travailleur comme il est en 1870, et ce qu'il peut être
  • 1857 aristo n'a eu qu'en 1848 les honneurs de la tribune, mais s'il faut en croire l'auteur de l'ouvrage intitulé les Conspirateurs, il était en usage dans les sociétés secrètes dès les premières années du règne de Louis-Philippe. source : 1857. (c.r. de Michel, Études de philologie comparée sur l’argot)
  • 1928 il avait rapporté une grande assiettée de salmis de bécasse […] Ça avait fait rogner Peau-de-Lapin qui était, justement, le « placier » de cette maison dont une bonne avait gratifié Crapoussin du plat aristo. source : 1928. La racaille
  • 1911 « Nous avons nommé les quatre membres qui composaient cette Commission que présidait M. Napalvy, directeur des affaires criminelles. » Allume-moi, ce centre-là : Napalvy ! À tant faire vaudrait mieux se blazer : nib de zeb, ça serait plus aristo ! source : 1911. Le journal à Nénesse

<10 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Abréviation (LAR 6e)
  • Abrév. d'aristocrate (DEL)
  • De aristocrate (GR)
  • Apocope de aristocrate (George, FM48)
  • aristo n'a eu qu'en 1848 les honneurs de la tribune, mais s'il faut en croire l'auteur de l'ouvrage intitulé les Conspirateurs, il était en usage dans les sociétés secrètes dès les premières années du règne de Louis-Philippe. (Marty-Laveaux1857)
  • 1851 (GR) / 1848 (George, FM48) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.