¶ gerce

gerce & gerse n.f.

Définition

■ Fille, prostituée, femme de bas étage ; maîtresse ; ■ femme, jeune femme

fréquence : 038
registre ancien : 9 registre moderne : 8

synonyme : prostituée, prostitué, femme (général) usage : Argot de la prostitution

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1866.

1867 1885 1887 1888 1889 1891 1894 1899 1900 1901 1901 1901 1904 1905 1907 1911 1915 1915 1915 1915 1920 1921 1951 1952 1953 1955 1955 1956 1957 1960 1960 1965 1966 1967 1979 1981 xxxx xxxx

Citations

  • 1867 Piednoir, qui était chic et giroble (De bon ton et beau de physique), y consent, espérant qu'à Hombourg il pourrait lever des gerces (Avoir des maîtresses), or il n'en manquait pas dans ce paclin-là (Pays quelconque). source : 1867. Les Malfaiteurs
  • 1955 Ça ferait plaisir à Nelly aussi d'aller revoir sa pote Gaby, la gerce à Milou source : 1955. Mollo sur la joncaille
  • 1960 nous sommes allés faire un tour au bobinard. Petasson y a trouvé moyen de se faire agonir par la pensionnaire avec laquelle il était monté. En rendescendant il s'est plaint à la mère maquerelle. La pauvre gerce du coup a été obligée de faire sa malle. source : 1960. Chass'bi
  • 1981 Et le petit Jules était de la tierce qui soutient la gerce source : 1981. Rue Saint-Vincent
  • 1888 C'est pas tout ça : où qu'sont les gerces dans ce pays-ci ? source : 1888. Le train de 8 h. 47
  • 1905 La gerse, c'est tout de même pas ce qui manque, observa un disciple ingénu de Schopenhauer. source : 1905. Le Tigre & Coqueliquot
  • 1956 ma petite starlette de la nuictée, entre dans l'établissement […]. elle s'installe à une table et se met à faire une terrible esbrouffe, comme une vedette le doit à son public. J'en ai mal aux seins. Souvent la bêtise des gerces me porte au bocal. source : 1956. Fais gaffe à tes os

<7 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Gercer = perdre la fraîcheur de son teint (SAIN-TRANCH)
  • Orig. obscure ; selon Esnault, d'un mot régional gerce « jeune brebis qui n'a pas encore porté » ; infl. de garce, et de gerce (=teigne) (GR)
  • 1866 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.