bicot

bicot (tableau rapide)
bicot ■ (historique, non hostile) Tirailleur algérien ; soldat de couleur de l'Afrique du Nord (Arabe, Berbère, Marocain) et parfois Sénégalais ; indigène qconque (des colonies) ; (avec majuscule, employé comme sobriquet) ; ■ (moderne, inamical) Maghrébin, Nord-Africain, Arabe, Berbère (et parfois Sénégalais)
synonyme Arabe, Maghrébin
date 1890
fréquence 52

bicot

& bico ; Bicot ; Bico

n.m.

Définition

■ (historique, non hostile) Tirailleur algérien ; soldat de couleur de l'Afrique du Nord (Arabe, Berbère, Marocain) et parfois Sénégalais ; indigène qconque (des colonies) ; (avec majuscule, employé comme sobriquet) ; ■ (moderne, inamical) Maghrébin, Nord-Africain, Arabe, Berbère (et parfois Sénégalais) ALL : Algerischer Schütze

registre ancien : 7 registre moderne : 7

Synonyme : Arabe, Maghrébin Morphologie : aphérèse Famille : arabe

Citations
1939-1944 Je déguste un bel article sur nos héroïques troupes africaines, « premières à la bataille, présentes partout où il y a des coups durs. » Qu'ils s'illusionnent pas, les sidis. Ils redeviendront des bicots, quand ce sera nécessaire… Et les colons algériens multimillionnaires et planqués sauront leur en faire baver. source : 1939-1944. Le théâtre de l'Occupation
1999 un poivrot, facho comme un rat, qui possède chez lui une véritable armurerie pour se protéger du bicot et du négro. source : 1999. Boumkoeur
1977 J'aimais mieux un Français qu'un bicot, j'aimais pas les bicots en ce temps-là source : 1977. Une vie de cheval
1969 Franco, lui, approchait de la trentaine et ne pouvait être que Sicilien, avec cette tête de bicot et ces jambes courtes. source : 1969. L'humour dans les prisons
1972 Voici, brigadier, dit l'un des policiers, un particulier qui vient d'être surpris alors qu'il se faisait sucer la verge par ce bicot source : 1972. Dossiers secrets de la Brigade Mondaine
1932 Alors Matrodin s'est mis à la réveiller d'un bon coup de gueule. « Hé Séverine, emmène-les donc tes deux bicots ! Foutez-moi tous le camp d'ici nom de Dieu ! Il est l'heure. » Eux les Arabes n'avaient pas l'air pressé. source : 1932. Voyage au bout de la nuit (Seul manuscrit)
1969 –Quel dommage de ne pas avoir touché de masques à gaz !… Chez les Bicots ça ne sent déjà pas bon, mais alors ici !… C'est l'odeur du quartier juif, celle de toutes les communautés israélites du monde, indéfinissable, mais tenace, putride, attachée à cette race maudite de génération en génération… source : 1969. Perdus dans le djebel
1977 les bicots, chaque fois qu'y a un sale coup ben y faut qu'y z'en soient source : 1977. Les charognards
1950 Ah, pouffiasses de mon coeur, filles à matafs, à dockers, à bicots, à sidis, à nègres, à gnacoués, en avez-vous connu de ces hommes qui suaient la peine, l'effort, la crève, la fièvre source : 1950. Ainsi soit-il
1905 Cé bicot-là entre chez moi, au Hama… –Ce bicot ? –Cet Arabe, si vous aimez mieux source : 1905. Les audiences joyeuses
1890 Trois ans de travaux publics. Le Bico s'en va en pleurant source : 1890. Biribi
1917 Il estime fort les Bicots, les spahis qui viennent au ravitaillement, parce qu'en attendant le convoi ils ont l'excellente habitude de s'asseoir contre le mur, drapés dans leurs burnous, sans parler et sans plus bouger. source : 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915
1973 je l'avais mise à Strasbourg-Saint-Denis, ça marchait pas mal, mais je me faisais tout le temps braquer par ces salopards de bicots source : 1973. Le petit paradis
1979 Non : les sales biques. –Les bicots, y me répugnent ! source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.

<14 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BICOT, subst. masc. Pop. et péj. Arabe nord-africain : Je les [Espagnols, Italiens, Maltais, ...] voyais s'organiser en cité, se refaire une patrie, s'élancer à la conquête des vergers, (...), travailler furieusement jusqu'au jour où ils pouvaient se payer un bicot et le faire trimer à son tour! J. et J. THARAUD, La Fête arabe, 1912, p. 179. Orth. Bico dans Lar. 20e, Lar. encyclop., Lar. Lang. fr. ÉTYMOL. ET HIST. [Ca 1892 arg. dans ESN.] ; 1901 « tirailleur algérien » (BRUANT, p. 408) ; 1901 bico « arabe » (ROSSIGNOL, Dict. d'arg., arg.-fr. et fr.-arg., p. 66). Issu par aphérèse de arbicot, de même sens, 1863 (A. CAMUS, Les Bohèmes du drapeau, t. 1, p. 203 dans SAIN. Lang. par., p. 154), v. arabe. STAT. Fréq. abs. littér. : 28. BBG. SAIN. Lang. par. 1920, p. 155. SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 429; t. 2 1972 [1925], p. 36. (tlfi:bicot) /

Soldat de couleur de l'Afr. du N., Arabe, Berbère, Marocain ; usage général ; parfois, Sénégalais ; se date au moins de 1902 où se rendit fameux un Bicot de Montparno ; apocope de arbicot, suffixation de Arbi, libre suffixation de Arabe (Esnault1919)

  • Abréviation de arbicot (1861) (GR)
  • Issu par aphérèse de arbicot, de même sens, 1863 (A. Camus, Les Bohèmes du drapeau, t. 1, p. 203 dans SAIN. Lang. par., p. 154) (TLFi)
  • Aphérèse de arbicot (George, FM48)
  • Dérivé d'arbicot. Le mot a un sens un peu dédaigneux que les indigènes connaissent fort bien (...) ne traitez pas un arabe de bicot ; appelez-le sidi ; il sera content de ce terme plein de considération (Dech1918)
  • abrégement de Arbicot (Dauzat1918)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • 1892 (d'abord argot militaire) (GR) / [Ca 1892 arg. dans ESN.] ; 1901 « tirailleur algérien » (Bruant, p. 408) ; 1901 bico « arabe » (Rossignol, Dict. d'arg., arg.-fr. et fr.-arg., p. 66) (TLFi) / 1890 (gb) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).