languefrancaise.net

bicot (définition)

bicot
■ (historique, non hostile) Tirailleur algérien ; soldat de couleur de l'Afrique du Nord (Arabe, Berbère, Marocain) et parfois Sénégalais ; indigène qconque (des colonies) ; (avec majuscule, employé comme sobriquet) ; ■ (moderne, inamical) Maghrébin, Nord-Africain, Arabe, Berbère (et parfois Sénégalais)

$LinkAlt

bicot & bico ; Bicot ; Bico (1890) #nom masc., adjectif

■ (historique, non hostile) Tirailleur algérien ; soldat de couleur de l'Afrique du Nord (Arabe, Berbère, Marocain) et parfois Sénégalais ; indigène qconque (des colonies) ; (avec majuscule, employé comme sobriquet) ; ■ (moderne, inamical) Maghrébin, Nord-Africain, Arabe, Berbère (et parfois Sénégalais)

  • synonyme : Arabe, Maghrébin
  • morphologie : Aphérèse
  • famille : arabe
  • index : Bicot
  • datation : 1892 (d'abord argot militaire) (GR) / [Ca 1892 arg. dans ESN.] ; 1901 « tirailleur algérien » (Bruant, p. 408) ; 1901 bico « arabe » (Rossignol, Dict. d'arg., arg.-fr. et fr.-arg., p. 66) (TLFi) / 1890 (gb) /

↓ fréquence : 057 | registre ancien : 7 | registre moderne : 8

5430-bicot-nage-pas-le-point.jpeg: 800x381, 45k (2021-09-05 20:44)
Citations
  • 1939-1944 Je déguste un bel article sur nos héroïques troupes africaines, « premières à la bataille, présentes partout où il y a des coups durs. » Qu'ils s'illusionnent pas, les sidis. Ils redeviendront des bicots, quand ce sera nécessaire… Et les colons algériens multimillionnaires et planqués sauront leur en faire baver. source : 1939-1944. Le théâtre de l'Occupation
  • 1999 un poivrot, facho comme un rat, qui possède chez lui une véritable armurerie pour se protéger du bicot et du négro. source : 1999. Boumkoeur
  • 1977 J'aimais mieux un Français qu'un bicot, j'aimais pas les bicots en ce temps-là source : 1977. Une vie de cheval
  • 1969 Franco, lui, approchait de la trentaine et ne pouvait être que Sicilien, avec cette tête de bicot et ces jambes courtes. source : 1969. L'humour dans les prisons
  • 1972 Voici, brigadier, dit l'un des policiers, un particulier qui vient d'être surpris alors qu'il se faisait sucer la verge par ce bicot source : 1972. Dossiers secrets de la Brigade Mondaine
  • 1932 Alors Matrodin s'est mis à la réveiller d'un bon coup de gueule. « Hé Séverine, emmène-les donc tes deux bicots ! Foutez-moi tous le camp d'ici nom de Dieu ! Il est l'heure. » Eux les Arabes n'avaient pas l'air pressé. source : 1932. Voyage au bout de la nuit (Seul manuscrit)
  • 1969 –Quel dommage de ne pas avoir touché de masques à gaz !… Chez les Bicots ça ne sent déjà pas bon, mais alors ici !… C'est l'odeur du quartier juif, celle de toutes les communautés israélites du monde, indéfinissable, mais tenace, putride, attachée à cette race maudite de génération en génération… source : 1969. Perdus dans le djebel
  • 1899 –Nom de dieu ! quel sale bicot, s'écria le major furieux, s'il croit que je vais passer mon temps à l'endormir ! Voyons vous autres au lieu de rester à regarder, empoignez-le et ferme… et empêchez-le de gigoter… et de gueuler. source : 1899. Sous la casaque
  • 1934 Je voyais bien que le brigadier bicot, celui qui avait un oeil en moins, il en perdait même la prudence tellement qu'il aurait voulu la trombiner la rombière. source : 1934. Guerre
  • 1977 les bicots, chaque fois qu'y a un sale coup ben y faut qu'y z'en soient source : 1977. Les charognards
  • 1988 « Docement », a-t-il recommandé [à Belkacem], en prenant l'accent bicot. L'autre a dit qu'il avait compris, et en a tout de suite foutu un grand coup. source : 1988. La vache enragée
  • 1948 Ah, pouffiasses de mon coeur, filles à matafs, à dockers, à bicots, à sidis, à nègres, à gnacoués, en avez-vous connu de ces hommes qui suaient la peine, l'effort, la crève, la fièvre source : 1948. Ainsi soit-il
  • 1905 Cé bicot-là entre chez moi, au Hama… –Ce bicot ? –Cet Arabe, si vous aimez mieux source : 1905. Les audiences joyeuses
  • 1890 Trois ans de travaux publics. Le Bico s'en va en pleurant source : 1890. Biribi
  • 1917 Il estime fort les Bicots, les spahis qui viennent au ravitaillement, parce qu'en attendant le convoi ils ont l'excellente habitude de s'asseoir contre le mur, drapés dans leurs burnous, sans parler et sans plus bouger. source : 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915
  • 1973 je l'avais mise à Strasbourg-Saint-Denis, ça marchait pas mal, mais je me faisais tout le temps braquer par ces salopards de bicots source : 1973. Le petit paradis
  • 1979 Non : les sales biques. –Les bicots, y me répugnent ! source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.

<17 citation(s)>

Chronologie et sources

La plus ancienne attestation connue est : 1890. Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Merci.

1890 1899 1901 1903 1904 1904 1905 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1919 1920 1924 1926 1927 1929 1932 1933 1934 1936 1937 1939 1942 1944 1948 1948 1949 1951 1954 1955 1955 1956 1957 1963 1963 1965 1967 1969 1969 1971 1972 1973 1977 1977 1979 1979 1980 1980 1981 1988 1999 2004 2008

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments