cuistance

cuistance ■ Cuisine (pièce) ; ■ préparation de la nourriture, du repas ; ■ cuisine, nourriture cuisinée, repas ; ■ ceux qui apportent la nouriture dans les tranchées, ensemble des cuisiniers
date 1907
fréquence 41
synonyme nourriture, cuisine (lieu)

cuistance

n.f.

■ Cuisine (pièce) ; ■ préparation de la nourriture, du repas ; ■ cuisine, nourriture cuisinée, repas ; ■ ceux qui apportent la nouriture dans les tranchées, ensemble des cuisiniers ANG : cooking, food ; kitchen

registre ancien : 7 registre moderne : 7

Morphologie : -ance Famille : cuist- (cuisine)

4693_camp_de_meucon_la_cuistance.jpg: 764x600, 85k (09 février 2019 à 20h29) 4693_la_cuistance_et_les_cuistots_1907.jpg: 389x260, 24k (09 février 2019 à 20h29) 4693_les_as_de_la_cuistance.jpg: 800x518, 79k (09 février 2019 à 20h29) 4693_les_as_de_la_cuistance_131_ri.jpg: 465x295, 28k (09 février 2019 à 20h29) 4693_les_durs_de_la_cuistance_1936.jpg: 800x1292, 149k (09 février 2019 à 20h29)

1969 Un feu de bois pétilla aussi sec et nous entreprîmes de rôtir le poulet… Charbon et désespoir : il se carbonisa ! Pas doués pour la cuistance, nous revînmes à la boîte et nous mangeâmes les patates en sauce avec appétit. 1969. L'humour dans les prisons
1932 Les mobiliers, bien cassés d'abord, passaient à faire du feu, pour la cuistance, chaises, fauteuils, buffets, du plus léger au plus lourd. 1932. Voyage au bout de la nuit (Seul manuscrit)
1957 Elle me raccompagna jusqu'au palier, via la cuistance 1957. Les eaux troubles de Javel
1918 Devant « la cuistance » deux pilotes causaient 1918. Maîtres du ciel
1918 Le personnel de la cuistance, à Gaillac 1918. Loin de la rifflette
1918 La voracité de ces vétérans nous stupéfiait. Il nous semblait que le souvenir des heures terribles qu'ils avaient traversées dût leur couper l'appétit. Mais la «cuistance» au contraire constituait leur principale occupation 1918. Les commentaires de Ferdinand (ancien rat de tranchées), dans Mémoires d'un rat
1921 Et Bernardet, qu'est-ce qu'i fout dans sa cuistance, c'jeune marié par procuration ? Des bafouilles pour sa bourgeoise, et des briques pour les copains… 1921. La boue
1916 Tesson est venu me voir. Il m'apporte son dernier travail : un vaste panneau de pierre représentant l'entrée du fort Orff. Toute la « cuistance » a fait cercle autour du chef-d'oeuvre. « Ah ! c'est bien foutu ! » 1916. Journal d'un simple soldat. Guerre-captivité 1914-1915
1917 Au réveil, le froid pince, et notre carrée étant éloignée de la cuistance, le jus arrive froid. 1917. Chignole (la guerre aérienne)
1963 D'autor, il me fait ranquiller dans sa cuistance nickel et referme soigneusement sa lourde 1963. Satan est là

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

CUISTANCE, subst. fém. Arg. milit. et fam. Synon. de cuisine. A.− [Correspond à cuisine A] Y en a qui disent qu'à la cuistance, on est embusqué ! (Barbusse, Feu, 1916, p. 28). Sous les marmites de la cuistance (Genevoix, Boue,1921, p. 166). [La nana] du seuil de la cuistance, lui faisait signe (Le Breton, Rififi, 1953, p. 224). B.− [Correspond à cuisine B 1] Les mobiliers bien cassés d'abord, passaient à faire du feu pour la cuistance (Céline, Voyage, 1932, p. 46): Le boucher le regardait avec malice : − M'sieu est-il chargé d'la cuistance? − Un peu, dit Gaspard (...). Et il le disait avec orgueil, car il savait bien que dans une compagnie il y a deux hommes importants : celui qui la mène et celui qui fait la soupe : capitaine et cuisinier... Benjamin, Gaspard, 1915, p. 32. C.− [Correspond à cuisine B 2] (Quasi-)synon. becquetance, bouffe, tambouille. On va t'faire bouffer la cuistance à Gaspard (Benjamin, Gaspard,1915p. 18). Cf. cuistot ex. Prononc. : [kɥistɑ ̃:s]. Étymol. et Hist. 1912 (Esn.). Dér. libre de cuisine*; suff. -ance* élargi p. anal. avec des mots tels que béquetance* (Esn.). Fréq. abs. littér. : 16. (tlfi:cuistance) /

De cuisine, p.-ê. d'après béquetance (GR) / Vieux mot d'argot militaire (Gauthiot1916) / employé depuis 20 ans par les cuisiniers à gages et les gens de maison aussi bien que par les soldats (erreur de Sainéan qui le croit nouveau) (Dauzat1917MdF) / erreur de Sainéan qui le croit nouveau ; ancien mot de caserne, employé également par les gens de maison (Dauzat1918, d'après Gauthiot) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).