languefrancaise.net

se gondoler (définition)

se gondoler
Rire, se tordre de rire, rire aux éclats, rire et s'amuser énormément de quelque chose ; faire rire

se gondoler & se gondoler comme des serpentins en goguette ; se gondoler comme une baleine ; faire gondoler ; (gondoler) #1887

Rire, se tordre de rire, rire aux éclats, rire et s'amuser énormément de quelque chose ; faire rire

↓ fréquence : 051 | registre ancien : 8 | registre moderne : 8

6812.jpg: 700x462, 114k (2013-08-19 02:46)

<7 citation(s)>

Chronologie et sources

La plus ancienne attestation connue est : 1887. Si vous connaissez une date plus ancienne, indiquez-la en discussion avec précision de la source exacte. Merci.

1889 1890 1894 1897 1897 1899 1900 1901 1901 1902 1903 1903 1906 1908 1909 1910 1911 1911 1911 1912 1916 1917 1919 1920 1921 1925 1926 1927 1930 1933 1935 1935 1937 1951 1953 1953 1956 1957 1958 1965 1975 1979 1981 1982 1988 1995 2001 2002 2007 2011 xxxx

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

II. − Emploi pronom., au fig. et pop. Se tordre de rire. Nous n'avons rien du tout pour habiller Esther... Je me gondole intérieurement. Décidément Madame Clotilde n'a pas le sens du costume (Gyp, Souv. pte fille, t. 2, 1928, p. 166). Le compartiment, la jeune fille en noir y comprise, se gondolait (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 34). 2. 1881 pronom. arg. « se reposer » (Grison, Argot réel, Figaro, 23 nov. d'apr. G. Esnault ds Fr. mod. t. 16, p. 297 : Se gondoler, c'est se reposer, image empruntée au bois qui se gondole (...) ce que font également les lazzaroni couchés le ventre au soleil) ; 1887 « s'amuser » (Hogier-Grison, Monde où l'on vole, p. 303, ibid.) ; 1889 « rire à se tordre » (Fustier, Suppl. dict. Delvau, ibid.). (tlfi:gondoler)

  • 1887, Hogier-Grison (TLFi) /