¶ tarte

tarte & tartre ; être tarte ; du tartre ; de tartre ; (taste) n., adj.

Définition

■ (facticité) Faux, factice ; de mauvaise qualité, qui convient mal ; faux or, chrysocal ; ■ (dépréciatif) mauvais ; laid, pas beau ; ridicule ; ■ (idiotie) bête, stupide, idiot ; être bête, idiot, stupide ; idée de médiocrité, de stupidité, de pas capable

ALL : falsch, schlecht
fréquence : 056
registre ancien : 9 registre moderne : 7

synonyme : niais, pas déluré, faux, bluff, qualité (de mauvaise), laid, personne laide, mauvais famille : tarte (faux)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1821.

1821 1836 1840 1847 1870 1877 1885 1894 1900 1901 1901 1905 1911 1917 1917 1918 1918 1918 1925 1927 1930 1935 1938 1947 1949 1949 1949 1951 1952 1952 1952 1953 1953 1953 1954 1954 1956 1957 1957 1957 1960 1960 1960 1961 1968 1974 1976 1977 1979 1980 1981 1983 1984 1989 1995 xxxx

2312.jpg: 805x220, 53k (12 octobre 2012 à 17h03)

Citations

<15 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

TARTE, adj. A. − Pop., fam. Sot, ridicule; laid. Moi aussi j'allais disparaître... J'avais des pressentiments tartes (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 247). Un très beau poème de guerre, pas tarte, comme je l'aurais cru, mais d'une belle inspiration moderne (Cendrars, Main coupée, 1946, p. 292). À la forme inv., rare. V. provincial II B 1 ex. de Aragon. − Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Le jour suivant, je l'ai vue quand même la collection (...). Jamais j'avais vu si moche et tant d'horreurs à la fois (...). J'allais du tarte à l'atroce (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 193). B. − Argot 1. Vieilli. Faux. Mornifle tarte (Vidocq, Voleurs, t. 2, 1836, p. 309). 2. Mauvais. C'qu'il est tarte ce pive! (Lacassagne, Arg. « milieu », 1928, p. 195). Prononc.: [taʀt]. Étymol. et Hist. 1. 1821 « faux » (Ansiaume d'apr. Esn.: Bogue de tartre: « de faux or »); 2. 1836 « mauvaise chose, mauvais » (Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 308 et p. 166); 3. 1927 « sot, niais » (Dussort, Preuves exist., dép. par Esnault, 1938, p. 30). Prob. de tarte1*; l'hyp. d'Esnault selon laquelle le mot serait une var. fr. de l'italianisme tarde « mauvais, lourd » (att. en 1899), arg. ital. tardo « lourd » ne semble pas suffisamment étayée. (tlfi:tarte) /

  • Allusion aux tartes faites avec de la farine avariée que l'on vend dans des fêtes foraines. (VIR)
  • Subst. devenu adj. (Dauzat1918)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre. (Dauzat1918voc)
  • Prob. de tarte1*; l'hyp. d'Esnault selon laquelle le mot serait une var. fr. de l'italianisme tarde « mauvais, lourd » (att. en 1899), arg. ital. tardo « lourd » ne semble pas suffisamment étayée. (TLFi)
  • 1836 ; tartre, 1821 : faux ; vers 1900 : laid ; sot et ridicule, peu dégourdi (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.