Définition de : client

  • client
    • La personne à qui on a affaire, individu auquel on s'intéresse, dont on a la charge : truand, délinquant, suspect, personne qui fait l'objet d'une procédure policière (pour policier), blessé (pour infirmier), dupe (pour escroc) ; type, individu, homme ; amant qui paye ; spécialement, individu excentrique
    • fréquence : 045
    • id : 17421

Définition

La personne à qui on a affaire, individu auquel on s'intéresse, dont on a la charge : truand, délinquant, suspect, personne qui fait l'objet d'une procédure policière (pour policier), blessé (pour infirmier), dupe (pour escroc) ; type, individu, homme ; amant qui paye ; spécialement, individu excentrique

fréquence : 045
registre moderne : 7

synonyme : individu, type, quidam, suspect, louche usage : Argot de la police

Chronologie

1888 1891 1897 1897 1900 1901 1911 1911 1915 1916 1917 1918 1919 1920 1921 1924 1930 1943 1946 1951 1952 1953 1954 1955 1955 1955 1958 1963 1975 1976 1981 1984 1985 1985 1990 1990 1995 1999 2006 2007 2008 2009 2009 2012 xxxx

Citations

  • 2008 L'idéal, bien sûr, c'est lorsque l'auteur est beau joueur et qu'il reconnaît sa faute. Il a été pris et il joue le jeu. Ce genre de « client » est pain béni. source : 2008. Flic dans le 9.3
  • 1999 En cas de nécessité, BRI et RAID travailleront sur les mêmes clients, en parfaite collaboration. source : 1999. Deux frères - flic et truand, deuxième partie (Bruno) (le flic)
  • 1916 –Va te faire panser au poste de secours. –Pensez-vous, l'toubib, il a trop de clients ! –Entre à l'abri. source : 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre
  • 1921 Attends un peu que j'lui s'coue les puces, à c'client-là ! source : 1921. La boue
  • 1917 Son chef d'escouade me disait, en s'essuyant les yeux : –Non, vois-tu, y'a pas moyen de s'embêter avec un client pareil, la guerre durerait cent ans que j'en rigolerais jusqu'au bout. source : 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915
  • 1990 Dans le couloir [du commissarait], il y avait des clients tout du long, les uns assis sur les bancs, les autres par terre contre le mur, souvent la tête entre les bras à rien regarder au fond. Presque tous les prisonniers se ressemblent. source : 1990. L'étage des morts
  • 1984 Il tendit une cigarette à son client. Il n'en avait rien tiré, mais c'était de bonne guerre. source : 1984. Boulevard des allongés
  • 1888 ça fait pas un pli ; ce client-là nous brûle la gueule comme à des pieds ! source : 1888. Le train de 8 h. 47
  • 1924 j'crois qu'c'est un « bourre », dit le Frisé. –Oui, en effet, t'as pas vu comment qui nous cuisinait ? –C'est drôle, d'pis que je l'connais, de l'voir, il m'a jamais paru bien catholique, c'client-là ! source : 1924. Les dessous de Montmartre
  • 1976 À chaque réunion de boxe, au Palais des sports, les poulets reconnaissaient beaucoup de leurs clients. source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza
  • 1976 –Il y a que ce François Coli est un client !… –Ça, je l'espérais, figure-toi ! Ça donne quoi ?… –Écoute bien : François Coli, né à Ajaccio, condamné en… pour tentative de cambriolage en compagnie d'un nommé Rafaël Mendoza. source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.