Définition de : fricot

fricot & □ faire le fricot ; faire son fricot ; se mettre au fricot n.m.

Définition

Nourriture, ragoût ; cuisine, repas cuisiné ; □ préparer le repas

ALL : Nahrung / ANG : stew
fréquence : 039
registre ancien : 7 registre moderne : 5

synonyme : nourriture, ragoût famille : fricot (repas)

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1767.

1761 1791 1792 1799 1799 1800 1815 1844 1844 1861 1878 1880 1887 1888 1889 1897 1898 1901 1905 1915 1916 1917 1917 1926 1930 1931 1935 1937 1942 1954 1960 1965 1972 1975 1986 2007 xxxx xxxx xxxx

Citations

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

FRICOT, subst. masc. Familier A.− Viande en ragoût. Le fricot de Ragotte. Dans une casserole en terre cuite, deux ou trois morceaux de lard qu'on laisse fondre et qu'on retire (...), puis on mince de l'oignon, de l'ail, de l'échalote, des carottes (Renard, Journal,1909, p. 1231): ... il [le forgeron] a pauvrement fait cuire la viande à même la braise où sont restées des traces de graisse. Alors qu'avec le morceau qu'on lui a donné : trois côtelettes premières et un peu de rognonnade il pouvait, en prenant un petit plat de terre et un oignon, se faire un petit fricot. Giono, Triomphe vie,1941, p. 285. B.− P. ext., vieilli 1. Viande et/ou légume(s) grossièrement cuisinés. Sur une avenue déserte, un vieux cantonnier, assis contre un mur, sa bouteille entre les jambes, mâchait lentement des bouchées de pain avec un peu de fricot (France, Île ping.,1908, p. 416). La misère des villes a partout la même haleine de fricot et de latrines (Mauriac, Pharis.,1941, p. 184). 2. [Avec une valeur générique] Repas, nourriture. Bichette, disait-elle sans façon, ton mari et toi, vous ne faites rien ce soir? Je reste à manger votre fricot (Goncourt, G. Lacerteux,1864, p. 29).Y avait un tirage terrible... sur le fricot... sur les bougies... sur le chauffage (Céline, Mort à crédit,1936, p. 311). − P. méton. Cuisine. Faire le fricot. Il s'était mis au fricot : − Ayez pas peur. J' vous ferai ça à l'oseille. Rien, dans la vie, ne le disposait à la cuisine (Benjamin, Gaspard,1915, p. 35). 3. Vx. Bonne chère, bombance. Faire fricot. Il a donné des fêtes, des dîners, a séduit les uns par le fricot, les autres par la vanité (Mérimée, Lettres Delessert,1870, p. 136).Pour ces gens-là, c'est comme si la guerre était à Madagascar ou chez les Chinois, j' te jure qu'ils ne s'en font pas pour la campagne d'hiver. C'est le fricot, je te le dis, le grand fricot (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 274). − Région. (Canada). Festin, repas plantureux. Elle finit par avouer que ses parents donneraient un grand fricot le lendemain soir; ils attendaient pour l'occasion de la parenté de Pierreville, d'un peu partout (Guèvremont, Survenant,1945, p. 115). Étymol. et Hist. [1758 (d'apr. Bl.-W.5); 1767 attesté indirectement dans le bret. frico cf. Le Laé, Morin, v. 1135 ds Fr. mod. t. 15, 202] ; 1800 « ragoût; viande fricassée » (P. Leclair, Hist. brig. et assass. Orgères, p. 100 : Nous avions belle de manger [...] du fricot [...] tous les jours il nous faisait cuire des marmitées de cheval ou de vaches, qu'il avoit écorchés) ; 1847 p. ext. « nourriture en général » (Balzac, Cous. Pons, p. 53 : les chens qui mangent le vrigod ti roi). Dér. du rad. fric- de fricasser*; suff. -ot*. Fréq. abs. littér. : 56. (tlfi:fricot) /

  • fricot n.m. non conv. US. ALIM. "nourriture" - TLF, 1847, Balzac ; GLLF, av. 1850, Balzac ; Lex.[75], v. 1850 ; FEW (3, 792b), 1852 ; R, cit. Renard, 1909 ø sens : BW6, 1758 ; ND4, 1767, Le Lué [sic] ; "bombance" : E (en breton), GLLF, Lex.[75], PR[77], 1767
    • 1767 - «Moi qu'avoit là z'un bon fricot, / Je vous pris mon homme au gavio, / Et lui dis : allons, patronet, va-t'en vendre ton gâteau plus loin, sinon j' te vas donner la féve sur l'oeil. Il vouloit me faire sortir dans la rue du dehors ; mais moi tout de suite, pif, paf, z'on [...]» Taconet, Les Ecosseuses de la Halle, 36 (Langlois) - P.E.
    • 1782 - «LA PIQUETTE. [...] Tenez, Messieurs, voilà ce qui s'appelle une bonne bouteille de vin. JEROME. Nous allons voir ça. LA PIQUETTE. Moi, je m'en vas au fricot. Quand vous aurez besoin de quelque chose, vous n'aurez qu'à appeller.» [Goullinet], Les Trois aveugles, 27 (Cailleau) - P.E (bhvf:fricot) /
  • Du rad. de fricasser, et -ot (GR)
  • 1767 (Enckell, BHVF) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.