Définition de : malzingue

malzingue & manezingue ; mannezingue ; manzinc ; minzingue ; manzingue ; mannzingue ; mazinquin ; mazinguin ; manzingouin ; mindzingue ; minzingo ; manzingue ; menzingue ; matzingue ; tapis malzingue n.m.

Définition

Marchand de vin, bistrotier ; débit de boissons, petit bistrot, cabaret

ANG : Wine merchant ; a low bar / IT : mercante du vino
fréquence : 036
registre ancien : 8 registre moderne : 7

synonyme : bistrotier, débitant de boissons, cafetier, propriétaire d'établissement, débit de boissons, bar, café morphologie : -ingue usage : Argot de l'alcool et de l'ivresse

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1835.

1836 1840 1840 1844 1846 1846 1847 1849 1862 1863 1870 1870 1871 1872 1876 1886 1887 1900 1901 1901 1901 1903 1911 1916 1918 1920 1925 1927 1951 1960 1975 1981 1984 1989 1995 xxxx

Citations

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

MANNEZINGUE, subst. masc. Vx, arg. et pop. A. − Marchand de vin. En route dès le matin, chargé d'une serviette d'avocat qui ne contenait aucun dossier, il allait chez les « mannezingues » proposer son « petit chablis pour les huîtres » (Coppée, Vrais riches, 1891, p. 126). B. − P. méton. Cabaret. C'était un mannezingue de l'ancien jeu, une boutique noire, sous un plafond bas, avec une salle enfumée (Zola,Assommoir, 1877, p. 516). Nous recommençons donc une tournée chez les mastroquets (...) je dis à l'homme: − Dis donc, les mannezingues vont fermer (Grison, Paris, 1882, p. 80). Prononc.: [manzε ̃:g]. Étymol. et Hist. 1. 1842 manezingue « marchand de vin » (Bourgeois et Brisebarre, Les Maçons, ii ds Quem. DDL t. 18); 1844 mannezingue (Dict. arg. « Myst. Paris », p. 30); 2. 1858 mannezing « cabaret » (Larch.); 1862 manezingue (Hugo, Misér., t. 1, p. 796). Altération de l'arg. malzingue « marchand de vin » (1837, Vidocq, Voleurs, t. 2, p. 307), issu, par substitution de suff., (suff. arg. -zingue), de l'arg. maltais, « id. » (cf. Larchey, Excentr. lang., 1865: Maltais: Cabaretier. − Beaucoup de Maltais exercent cette profession en Algérie, d'où vient le terme). (TLFi)

  • mannezingue n.m. arg. , non conv. HÔTELL. MÉTIER "marchand de vin" - DFNC, TLF, DArg., 1844 ; GLLF, av.1848, Chateaub. ; FEW (16, 514b), Chateaub. ; GR[85], ø d. manezingue : DDL 18, 1842 [repris in TLF]
  • malzingue - E, DFNC, GR[85], 1836, Vidocq ; GLLF, TLF, 1837, Vidocq ; FEW, Sainéan.
    • 1835 - « Demander crédit, tiens ! repartit le mauvais sujet, qui avait pour habitude de ne s'embarrasser de rien : le père Cuchet est connu dans l' quartier, m'as-tu dit ; conte une couleur au malzingue, et voilà. » E. Guérin, Une Fille du peuple et une demoiselle du monde, I, 291 (Lachapelle) - P.E. (BHVF)
  • Donnerait zingue (SAINXIX)
  • Contamination de mannequin (petit homme) et zingue (comptoir), le marchand de vin étant plaisamment conçu comme l'automate du comptoir en zinc (SAINXIX)
  • Milieu XIXe ; serait une déformation de malzingue issu de maltais = cabaretier dans l'argot des soldats d'Afrique (MCC)
  • Matzingue : forme non attestée mais plausible (Enckell1999)
  • 1835, malzingue (Guérin, Enckell, BHVF) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.