Définition de : pépère

pépère & c'est pépère ; du pépère ; être pépère ; □ rester pépère adj.

Définition

Tranquille, calme, confortable, doux, sans risque, routinier ; tranquillement, calmement ; bien, à l'aise, bon ; □ rester docile

ANG : it's all right ; to feel comfortable, quiet
fréquence : 051
registre ancien : 7 registre moderne : 5

synonyme : tranquille, sage, calme, facile, facilement, confort, luxe

Chronologie

1915 1915 1916 1916 1917 1917 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1925 1927 1927 1927 1927 1932 1933 1934 1935 1935 1936 1939 1941 1952 1953 1954 1955 1955 1956 1960 1969 1974 1976 1976 1978 1978 1979 1986 1989 1993 1994 1995 1998 1998 1999 2001 2003 2003 2003

Citations

<19 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

PÉPÈRE, subst. masc. et adj. I. Subst. masc. A. Fam. Père (vx); grand-père. Vancouver (à sa fille qui veut se marier): C'est donc vrai que tu veux quitter ton petit pépère? Isménie: Écoutez donc, j'ai vingt-quatre ans! (LABICHE, Isménie, 1853, 2, p.274). B. Fam. Homme d'un certain âge ; en partic., arg. milit., vieilli et rare, territorial: À l'autre bout du cimetière, des territoriaux travaillaient. On s'approcha, sans penser à rien, simplement pour voir: c'étaient des fosses qu'ils creusaient, toute une allée de fosses. En nous apercevant, les pépères avaient cessé de piocher, comme honteux. DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p.260. C. Homme ou enfant gros, fort et placide. Clémentine: Oh! qu'il aimait donc bien qu'on le bécote à son coucou, le gros pépère! (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, II, 9, p.51). II. Adj., pop. A. Qui vit tranquille, loin des soucis et des dangers ; confortablement installé dans la vie. Un type pépère. Le plus bath, c'est de se tenir pépère de ce temps-ci (CARCO, Innoc., 1916, p.153). Empl. adv. Sans risques. Tu t'offres ça pépère (ESN. 1965). Empl. subst. [Les infirmiers] avaient fait toute la guerre en «pépères», au poste de secours (VIALAR, Risques et périls, 1948, p.18). B. Où l'on est tranquillement et confortablement installé. Un coin pépère. Comme il ferait bon dans une petite prison pépère, que je me disais, où les balles ne passent pas! ne passent jamais! (CÉLINE, Voyage, 1932, p.21). C. Qui n'est pas astreignant, qui ne présente pas de difficultés majeures. Un boulot, un métier pépère. (Dict.XXes.). D. Important par la taille, le format. Il est pépère, celui-là! L'obus fend l'air à mille mètres peut-être au-dessus de nos têtes. Son bruit couvre tout comme d'un dôme sonore. Son souffle est lent; on sent un projectile plus bedonnant, plus énorme que les autres (BARBUSSE, Feu, 1916, p.232). Prononc.: [], [-]. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. 1834 « père » (BALZAC, Eugénie Grandet, p.194); 2. 1909 «grand-père» (DIONNE). B. Adj. 1. 1910 « gros, important, remarquable dans son genre » (ds ESN.); 2. 1914 « (d'un lieu) où l'on est tranquille, bien installé » (ibid.); 3. 1916 « qui vit tranquille, loin des dangers » (ESN. Poilu 1919); 4. 1918 « (se dit d'un travail) présentant peu de difficultés » (ibid.). Redoublement enf. de père*. Fréq. abs. littér.: 37. (tlfi:pépère) /

  • Voici la définition qu'en donne le Dictionnaire du Poilu (dans Le Poilu, n° 8, du 20 juillet 1915) : « Appellation qui fait concurrence au mot Poilu, mais qui s'applique tout particulière-ment au Territorial costaud, allant, résistant... On est un pépère, on est un brave homme qui, sachant le prix de la vie, est prêt à la donner pour une belle et noble cause... Ce mot qui sonne clair, cordial et confortable, s'est peu à peu étendu dans le langage poilu, est devenu d'un usage fréquent, s'appliquant à tout ce qui sort de l'ordinaire. Ainsi n'est-ce pas un combat pépère, celui où il a fallu se battre comme des lions toute une journée durant... ? N'est-ce pas encore pépère, un abri dans lequel on peut défier toute marmite? Une tranchée profonde dans laquelle on peut attendre de pied ferme toute attaque ennemie? Tout, en un mot, ce qui sort du commun devient pépère. » (SAIN-TRANCH)
  • Expression générale, appartenant à l'arrière (Gauthiot1916)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.