tambouille

tambouille (tableau rapide)
tambouille ■ Ragoût, soupe, fricot, fricassée, préparation cuisinée médiocre ou peu raffinée ; □ action de la préparer, cuisiner, cuire ; repas ; lieu où l'on cuisine, cuisine ; lieu où l'on mange, cantine ; ■ (par ext.) combines, activités malhonnêtes
synonyme nourriture, ragoût, cuisine (lieu), cuisiner, préparer la nourriture
date 1866
fréquence 43

tambouille

& □ faire la tambouille ; remuer la tambouille

n.f.

Définition

■ Ragoût, soupe, fricot, fricassée, préparation cuisinée médiocre ou peu raffinée ; □ action de la préparer, cuisiner, cuire ; repas ; lieu où l'on cuisine, cuisine ; lieu où l'on mange, cantine ; ■ (par ext.) combines, activités malhonnêtes ALL : Ragout / ANG : cooking, stew

registre ancien : 7 registre moderne : 5

Synonyme : nourriture, ragoût, cuisine (lieu), cuisiner, préparer la nourriture

Citations
2013 la tambouille n'est pas trop mauvaise, elle est mitonnée par l'épouse du brigadier-chef qui sert aussi de directeur de prison. source : 2013. Moi Dodo la Saumure
1972 C'est la grosse tambouille qu'on trouve dans presque toutes les communautés : hâricots, pâtes, riz, lentilles, pommes de terre… source : 1972. Le crépuscule des prisons
1954 Des gens réputés « honorables », à cause de leur complet trois-pièces, et d'authentiques clochards sont là réunis, qui gloutonnent la même tambouille source : 1954. Rue des maléfices - Chronique secrète d'une ville
1998 par quelques demi-sel de la basse pègre journalistique, dont j'avais perturbé la tambouille source : 1998. Les combines des voleurs et comment s'en défendre
1957 A l'époque, Alicia faisait la barmaid dans une tambouille d'étudiants. Un vrai coin de fraises pour la vertu source : 1957. Carnaval à cinq
1956 Ça vient de la tambouille espagnole, je ne peux pas m'y faire ! source : 1956. Le bourreau pleure
1917 La tambouille est une cave, / Le cuistot un vieux zouave source : 1917. Les Boch'mars, on les aura !, dans (Hannequin), Vocabulaire du poilu et locutions du front
2006 Chacun sort du frigo son Tupperware qui contient la tambouille préparée à la maison. Tout est mis en commun sur la table. source : 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police
1947 ils étaient invités successivement par chaque section et partageaient la tambouille de leurs hommes source : 1947. Mon journal dans la drôle de paix
1936 Nous fonctionnons comme relais d'ambulance. Pistes agréables sous bois, mais rien à faire pour des extras tambouille. source : 1936. Hajde Prilep. Journal d'un poilu d'Orient
2014 Dans cet ancien bastion communiste, le clientélisme est roi depuis l'arrivée aux affaires de l'UDI Stéphane De Paoli. Nominations discutables, promotions injustifiées, renvois d'ascenseur éhontés : la vieille tambouille politique n'a pas changé de recette source : 2014. Bobigny : la folle gestion du nouveau maire

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

TAMBOUILLE, subst. fém. Populaire A. − Plat grossier ; mauvaise cuisine. Synon. ragougnasse (pop. et péj.), ratatouille (péj.). Le patron de l'Opéra était ravi de mon assuidité, dégoûté qu'il était de la tambouille qu'il se voyait contraint de servir à sa clientèle d'étudiants, de petits commis, de demoiselles de magasin dont la bourse était mince (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 275). B. − Synon. de cuisine, nourriture. On déjeunait, on dînait sur la toile cirée, on faisait la tambouille ensemble (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 395). Des cuisinières (...) où soixante-quinze hommes pouvaient faire cuire ou réchauffer à chaque repas leur modeste tambouille (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 308).V. caler2ex. 6. − P. méton., au plur. Synon. de mets, plat2, préparation. À midi le cuistot nous préparait des tambouilles odorantes et copieuses (Vialar, Morts viv., 1947, p. 173). Dans l'embrasure d'un mâchicoulis ouvert on faisait du feu à même les dalles pour de petites tambouilles particulières: du thé, du café, du chocolat pour ceux qui possédaient encore un peu de ces denrées (Giono, Hussard, 1951, p. 300). Prononc.: [tɑ ̃buj]. Étymol. et Hist. 1866 (Delvau, p. 368). Plutôt issu p. abrév. de pot-en-bouille (cf. potembouille « cuisine, ménage » ds Verr.-On.; Dauzat, Arg. guerre, 1918, p. 109; Bl.-W.2-5; cf. FEW t. 1, p. 623) qu'altér. de tampone « bombance » (Esn.; cf. FEW t. 17, pp. 310b-311a). Fréq. abs. littér.: 22. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 295. − Quem. DDL t. 37. (tlfi:tambouille) /

  • tambouille (faire la/sa -) loc. verb. non conv. CUIS. "faire la cuisine" - GLLF, DHR, 1919, Dorgelès ; FEW (1, 623b ; rég. Ouest), ø d ; absent TLF.
    • 1896 - «Faire sa tambouille, faire sa cuisine.» Delesalle, Dict. arg.-fr., 279 (Ollendorff) - P.E. (bhvf:tambouille) /
  • Du languedocien tambouio : gargotage, victuailles apprêtées (SAINXIX)
  • Proprement : ragoût ; mot méridional (SAIN-TRANCH)
  • P.-ê. de pot-en-bouille, var. de pot-bouille, mot de l'Ouest ; ou de tampone « bombance » (1756), mot italien / Avec la valeur de ragoût, ragoût grossier, le mot est assez répandu dans l'O, voire dans le Midi. Mais c'est de l'Anjou qu'il vient : tambouille est une altération de pot-en-bouille. La région parisienne l'a abrégé en pot-bouille, altéré en popouille (Dauzat1918)
  • 1866 (GR, TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).