bousiller

bousiller (tableau rapide)
bousiller Un inanimé : détruire, démolir, casser, mettre hors d'usage, abîmer, vandaliser, anéantir, jeter, se détruire ; spéc. abîmer son appareil à l'atterrisage
synonyme casser, enfoncer, détruire, abîmer, déchirer
date 1910
fréquence 44

bousiller

& bouziller ; se bouziller

v.tr.

Définition

Un inanimé : détruire, démolir, casser, mettre hors d'usage, abîmer, vandaliser, anéantir, jeter, se détruire ; spéc. abîmer son appareil à l'atterrisage

registre ancien : 8 registre moderne : 7

Synonyme : casser, enfoncer, détruire, abîmer, déchirer Morphologie : -iller

13199_qqchose_a_bouziller_dans_le_var.jpg: 440x600, 102k (27 mai 2018 à 12h22)

Citations
1965 Les types, quand ils voyaient ma frime de clodo sur le bord de la chaussée, ils te foutaient un de ces coups de champignon à bouziller leurs boîtes de vitesse ! source : 1965. Le Tigre aime la chair fraîche
1977 Comme si c'était sa voiture que j'y avais bousillé source : 1977. Buffalo débile
1985 Bousiller nos godasses et se marrer source : 1985. Mistral gagnant
1937 Même qu'ils ont de la came en rab, à ne plus savoir où la fourguer, ils préfèrent qu'on la bouzille plutôt que de t'en faire cadeau source : 1937. Bagatelles pour un massacre
1918 depuis le jour où le colonel, alors capitaine seulement, avait tiré son jeune subordonné d'une mauvaise affaire en « bousillant » en moins de cinq minutes deux avions allemands extra souples et rapides source : 1918. Maîtres du ciel
2003 Ils ont bousillé plein de choses en moi, mais pas ma capacité à aimer, pas ma foi en l'amour source : 2003. Dans l'enfer des tournantes
1953 J'voudrais qu'votre train i s'bouzille en route. J'me marrerais dur… source : 1953. Allons z'enfants
2004 remontait au pas de course les réseaux édifiés si patiemment par les commissaires politiques, bousillait l'infrastructure rebelle locale. source : 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne
1979 Ils étaient jaloux, ces cons-là ! Tac-tac, une paire de baffes ! La bagarre, tout de suite, à un contre vingt… On a tout bousillé et esquinté pas mal de Pieds-Noirs. source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

I.− Emploi intrans. B.− P. anal., pop., fam., vieilli. Abîmer : 1. Une voix d'enfant vieille et sentencieuse s'échappe du lit : − Oui, tes yeux vont se brouiller, tu vas bousiller et tu auras encore « du refusé ». Frapié, La Maternelle,1904, p. 118. II.− Emploi trans. B.− P. hyperb., arg. Tuer. Ça t'fout par terre, mais ça t'bousille pas (Barbusse, Le Feu,1916, p. 229). − P. métaph. Massacrer (une chose) : 2. ... les violons l'ont-ils assez bousillé [le trait qui ouvre la danse des Apprentis, dans les Maîtres Chanteurs]. Willy, Bains de sons, par l'ouvreuse du Cirque d'été, 1893, p. 260. (tlfi:bousiller) /

81e t. 1916 ; très général ; sens usuel aux ouvriers parisiens dès 1910-1914 ; il sort du sens Mal faire (un travail) aussi usuel chez les bourgeois de Brest et les paysans de Ht-Maine (1859), qu'à propos de la pièce de soie, chez les canuts lyonnais (Esnault1919)

  • Sens non daté GR) / 1897 « tuer » d'apr. Dauzat, 16.4.17, 667 dans ESN. Poilu, p. 110 ; 1913 (Matin, 28 juin, Ibid.), graphie bouziller 1913 (ID., 25 août, ibid.) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).