¶ blairer

  • blairer
    • Apprécier, supporter, aimer, souffrir, sentir (fig.) ; < ≠ne pas aimer, détester, avoir horreur de, ne pas supporter, se détester (construction négative très majoritaire)
    • fréquence : 044
    • id : 16622

blairer & se blairer ; ≠ ne pas blairer ; ne pas pouvoir blairer ; ne pas pouvoir se blairer v.tr.

Définition de blairer

Apprécier, supporter, aimer, souffrir, sentir (fig.) ; < ≠ne pas aimer, détester, avoir horreur de, ne pas supporter, se détester (construction négative très majoritaire)

ANG : to detest
fréquence : 044 registre ancien : 8 registre moderne : 8

synonyme de blairer : détester, haïr, ne pas aimer
famille : blair- (nez)

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1914.

1915 1916 1917 1917 1918 1918 1918 1919 1925 1926 1927 1935 1945 1946 1950 1951 1952 1952 1952 1952 1953 1953 1954 1956 1957 1957 1960 1960 1961 1963 1968 1969 1975 1976 1977 1979 1982 1985 1995 1997 2004 2008 2015 2016

Citations (aide)

<8 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BLAIRER, verbe trans. Pop. [Gén. en constr. négative] Ne pas (pouvoir) blairer. Ne pas (pouvoir) sentir, avoir en aversion : 1. Je suis antimilitariste parce que je ne peux pas blairer les officiers, dit-il [Boris] sur un ton conciliant. Les grivetons, je les aime bien. SARTRE, Le Sursis, 1945, p. 302. [En constr. interr. avec valeur négative] : 2. Poincaré est très populaire... Populaire ? Dans votre Paris. Paris n'est pas la France. Il s'est mis bien du monde à dos au Ministère. Crois-tu que le Midi le blaire bien fort, ce cocardier ? ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 204. [En constr. affirmative] Rare : 3. Nous qu'avions été jusqu'alors très bien blairés et peinards à l'autre bout de l'arrondissement, bien accueillis, bien tolérés, ... CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 586. Prononc. : [] ou [] harmonisation vocalique. Pt ROB. transcrit uniquement [e] fermé; WARN. 1968 réserve la prononc. avec [] ouvert au lang. soutenu, celle avec [e] fermé au lang. courant. Étymol. ET HIST. [1914 d'apr. ESN.] ; 1915 (L. SAINÉAN, L'Arg. des tranchées, p. 116). Dér. de blair* ; dés. -er. STAT. Fréq. abs. littér. : 20. (tlfi:blairer)

Parisiens et parisianisés, 16-17; blairer, dér. de blair, nez, ne s'emploie – de même que pouvoir sentir – qu'en tournure négative (erreur de Sainéan qui traduit blairer = détester) (Esnault1919)

  • Répond à la locution : avoir qqun dans le nez, ne pas pouvoir le sentir (SAIN-TRANCH)
  • De blair (GR)
  • Calque de : sentir, ne pas sentir (gb)
  • date d'au moins dix ans (erreur de Sainéan qui le croit nouveau) (Dauzat1917MdF)
  • Gauthiot y voit un ancien parisianisme et pas une nouveauté comme le dit Sainéan ; au moins dix ans (erreur Sainéan) (Dauzat1918)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • 1914 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.