verlan

verlan (tableau rapide)
verlan Argot codé (essentiellement par inversion de l'ordre des syllabes)
synonyme argot, parler argot
fréquence 21

verlan

& verlen ; (verland)

n.m.

Définition

Argot codé (essentiellement par inversion de l'ordre des syllabes)

registre moderne : 1

Synonyme : argot, parler argot Morphologie : verlan

Citations
1961 Secores : en Verlan, nouveau mot d'argot de prison pour désigner les Corses. Ce n'est, ni plus ni moins, que l'anagramme du mot. source : 1961. L'hydre aux mille têtes
1999 Toute sa tchatche n'a dans mes oreilles aucun sens, il y a du gitan, de l'arabe, du verlan et un peu de français. La génération de Grézi a inventé un dialecte si complexe qu'il m'est pratiquement impossible de le comprendre. Les jeunes d'à présent se sont ghettorisés avec leur mixage oral qui les laissent sur la touche de l'intégration de l'intégration. source : 1999. Boumkoeur
1990 Moitié Rambo, moitié basketteur de Harlem, les Zulus sont parmi nous. Avec leur langue, le verlan ; leur musique, le rap. source : 1990. Faut-il avoir peur des bandes ?
1990 Ils sont « renois » pour la plupart, mais aussi : « beurs », « feujs », « gaulois » et parfois « tos ». Leur langue : le verlan. source : 1990. Faut-il avoir peur des bandes ?
1966 Mais l'argot des prisons, où l'on fait un large usage du « verlan », a, tout en transformant « jobard » en « barjot », conféré à ce mot en voie de se lexicaliser, la signification de « fou », avec une nuance laudative. source : 1968. Les barjots
1972 Le langage de base, en prison, comme d'ailleurs dans le milieu, est le « verlan », mot dont l'orthographe est incertaine et qui est composé des syllabes inversées de « l'envers ». Parler verlan, cela signifie, de la même manière prononcer les mots en inversant leurs syllabes et en apportant, le cas échéant, les aménagements phonétiques nécessaires. C'est ainsi que le « calibre » devient en verlan « brelica » et le « casse » (c'est-à-dire le cambriolage) devient le « seca ». source : 1972. Le crépuscule des prisons
1969 Parler en verlan signifie parler à l'envers en retournant les mots source : 1969. Au décarpillage
1990 –Vous prenez jamais le tromé ? / Mon correspondant devait être un gosse. Les gosses ont cette manie de parler ce qu'ils prennent pour du verlan, mais c'est un verlan anémique. source : 1990. L'étage des morts
1965 Je suis entré dans une cabine de téléphone public et ai conversé avec Ghislain en « verlan ». Vieille pratique du milieu qui consiste à parler en mettant tous les noms à l'envers pour ne pas être compris d'éventuels auditeurs indiscrets. source : 1965. Le Tigre entre en piste
2011 Il m'explique que devant son père il était toujours poli, respectueux, jamais un mot plus haut que l'autre. Il descendait les étages de sa tour pour retrouver ses potes au-dehors, « et là c'était mort. On parlait verlan et tout… » C'est là que les problèmes ont commencé. source : 2011. Dans la peau d'un maton

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

VERLAN, subst. masc. LING. Procédé de codage lexical par inversion de syllabes, insertion de syllabes postiches, suffixation, infixation systématique; type particulier d'argot qui en résulte (d'apr. MOTS mars 1984). Parler en verlan. Hélas, votre langage est un désastre! Je ne parle pas du Verlan. Vous avez le droit de vous amuser avec ce code secret qui met les mots à l'envers. Pourquoi ne dirait-on pas entre copains laisse-béton au lieu de laisse tomber? (Chr. Collange, Moi, ta mère, Paris, Le Livre de poche, 1991 [1985], p. 86). Prononc.: [vε ʀlɑ ̃]. Étymol. et Hist. 1968 (J. Monod, Les Barjots, p. 165). Inversion de (à) l'envers*. Bbg. Bachmann (Ch.). Le Verlan: arg. d'éc. ou lang. des keums? MOTS 1984, no8, pp. 169-185. − Borrell (A.). Le Vocab. « jeune », le parler « branché »... Cah. Lexicol. 1986, t. 48, no1, pp. 69-87. (tlfi:verlan) /

  • verlan n.m. arg. LING. - DFNC, v.1950 ; TLF, 1968, J. Monod ; GR[85], v.1970 ; DArg., ø d. verlen - DArg., cit. Le Breton, 1985 ; absent TLF. vers-l'en : DArg., 1953, d'ap. Esnault
    • 1970 - «[...] on trouve des figures de phonèmes (allitérations, assonances), des figures de syllabes (verlen), ou des figures portant sur des entités largement supérieures à la phrase [...]» J. Dubois, etc., Rhétorique gén., 32 (Larousse) - P.E. (bhvf:verlan) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).