loufiat

loufiat (tableau rapide)
loufiat Garçon de café, barman, maître d'hôtel, serveur ; valet, personnel de service en général ; par ext. personne servile ; (péjoratif)
synonyme serveur, garçon de café
date 1876
fréquence 49

loufiat

& loufia ; (loufiate (fém.))

n.m.

Définition

Garçon de café, barman, maître d'hôtel, serveur ; valet, personnel de service en général ; par ext. personne servile ; (péjoratif)

registre moderne : 7

Synonyme : serveur, garçon de café

Citations
1965 –Qu'est-ce que tu fais comme boulot civil, toi ? –Je suis loufiat. –T'es pas un vrai prolo, c'est ce que je me disais, parce que t'es dans l'erreur la plus complète. Tu me tiens des raisonnements rancuniers, t'es pas éduqué politiquement, malgré que t'as de la conscience de classe. source : 1965. La débâcle
2015 La loufiate m'apporte mon smoothie et mon hamburger, j'attaque la becquetance sans attendre. source : 2015. Phi Prob
1981 on veut pas finir loufiats au service de cet État source : 1981. Etudiant, poil aux dents
1952 Je prends un martini, elle demande des cigarettes anglaises au loufiat source : 1952. Une fille du tonnerre
1937 Peu de facteurs, plus de loufiats, de terrassiers, de capitaines de pompiers, d'instituteurs, parmi ces éminences source : 1937. Bagatelles pour un massacre
1969 Ils prenaient les commandes sans sourire, hautains comme des loufiats de bains de mer source : 1969. Les fous de Hong-Kong
1990 Il portait un complet de tergal gris avec en dessous un gilet rayé bordeaux et noir comme en ont les loufiats. Pas tous les loufiats, seulement ceux qui veulent s'habiller en loufiats. source : 1990. L'étage des morts
1954 le loufiat qui montait la garde devant le Café du Commerce, dans un rayon de soleil. Il s'appelait Jardin ou un nom dans ce goût-là. source : 1954. Les portes de l'aventure
1979 Il était servi [le capitaine], il avait des domestiques, des planqués du contingent ravis de faire les loufias loin du feu… source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

LOUFIAT, subst. masc. Arg. et pop. Garçon de café. Eh toi, loufiat, cria-t-il au garçon, voilà de la braise, éteins-la, il y a cinq chopines à payer (HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 20). Comme un loufiat passait d'aventure, Fédor Balanovitch lui dit: Pour moi, ce sera un jus de bière (QUENEAU, Zazie, 1959, p. 160). REM. Loffiat, subst. masc., arg. Individu de peu de valeur. C'était un homme sale, un loffiat. Elle le savait, mais jamais elle n'aurait cru qu'il fût aussi misérable (HUYSMANS, Soeurs Vatard, 1879, p. 125). Prononc. et Orth.: [lufja]. LE BRETON, Rififi, 1953, p. 39: louffiat, v. aussi Lar. encyclop., Lar. Lang. fr. Étymol. et Hist. 1. 1808 lofiat « idiot, homme simple » (HAUTEL t. 2, p. 85); 1866 loufiat « goujat, valet » (d'apr. ESN.); 2. 1868-75 « garçon de café » (ibid.). Prob. dér. de loffe «nigaud» (1790, Le Rat du Châtelet ds SAIN. Sources Arg. t. 1, p. 340), de l'onomat. loff-, suggérant le souffle du vent; suff. -iat (v. -at). Les sens de « nigaud, goujat » qu'ont les différents dér. de loffe, peuvent s'expliquer soit par une ext. du sens de « vesse, pet », soit par l'infl. de celui de « individu suffisant, fou » (cf. aussi l'ital. loffione « celui qui a l'habitude de lâcher des pets » et « personne suffisante »). Cf. FEW t. 5, p. 398a-b. Bbg. CHAUTARD. Vie étrange arg., 1931, p. 653. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 47 (s.v. louffiat). (tlfi:loufiat) /

Dérive de louf (SAINXIX) / Pour Chautard, loufiat était le patronyme d'un assassin exerçant cette profession (cité par GIR-BIS) / Mot argotique, «étymologie assez obscure (...) connu en 1866 comme var. de lofiat goujat, valet» (Esnault) ; var. loffiat « homme misérable et sale », Huysmans, 1879 ; probablt du rad. onomat. loff- (idées de souffle, de gonflement) (GR) / Prob. dér. de loffe « nigaud » (1790, Le Rat du Châtelet ds SAIN. Sources Arg. t. 1, p. 340), de l'onomat. loff-, suggérant le souffle du vent ; suff. -iat (v. -at). Les sens de « nigaud, goujat » qu'ont les différents dér. de loffe, peuvent s'expliquer soit par une ext. du sens de « vesse, pet », soit par l'infl. de celui de « individu suffisant, fou » (cf. aussi l'ital. loffione «celui qui a l'habitude de lâcher des pets » et « personne suffisante »). Cf. FEW t. 5, p. 398a-b (tlfi:loufiat) / Cerquiglini, Merci professeur : loufiat

  • 1876 (mais lofiat : 1808) (GR) / 1808 lofiat « idiot, homme simple » (HAUTEL t. 2, p. 85) ; 1866 loufiat « goujat, valet » (d'apr. ESN.) ; 1868-75 « garçon de café » (ibid.) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).