chopin

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

registre ancien : 10 fréquence : 35

chopin & choppin ; faire un chopin ; faire un bon chopin ; le fin chopin n.m.

Vol, vol (qui rapporte), coup ; < produit du vol, objet volé, butin, profit illicite ; spéc. capturer un prisonnier qui a donné des renseignements IT : colpo, bottina

Synonyme : bénéfice, gain, profit, butin Famille : chopin (vol, profit)

1867 En route on fait quelques petits chopins (Vols de peu d'importance) 1867. Les Malfaiteurs 1862 mon vieux, si tu veux que la fête continue, il faut faire un bon chopin ou sinon adieu ! 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865 1862 Quand un voleur de profession fait de la dépense et mène joyeuse vie, c'est qu'il a fait un chopin 1862. Mémoires de Canler, ancien chef du service de sûreté 1797-1865 1829 Lorsque je serai libre je ne veux plus faire qu'un chopin, un seul chopin, et puis je me retire… Le pauvre homme vécut encore trois ans ; mais il ne se retira pas : au moment de poser les armes, il avait toujours quelque chopin en vue 1829. Mémoires d'un forçat ou Vidocq dévoilé (tome quatrième) 1835 Si je pouvais jouer des jambes, j'ai, dans un pays assez éloigné d'ici, un bon frangin qui m'a déjà pardonné bien des chopins 1835. Confessions de Jacques-Antoine Delcroix, dit Roquairol, lieutenant du capitaine Mandrin 1899 et moi que je rebiffe au patelin, et que j'en suis pas nécessaire, pour l'estant, je viens de faire un bon chopin… 1899. Bistrouille et Jean Hiroux. Contes du Petit Pioupiou 1880 Toutes ses évasions n'ont qu'un mobile : le vol. Il espère toujours faire un bon chopin. 1880. Souvenirs de prison et de bagne 1928 Plus que cette boîte, et puis en route pour Malassis. Peut-être bien que ça va être le fin chopin, là-dedans, le cuivre rouge, ou encore de l'étain 1928. La racaille <8 citation(s)>

CHOPIN, subst. masc. Arg. Bonne occasion, aubaine, profit d'importance. Un bon, un gros chopin. Un chopin de premier ordre, quelque chose d'épatant! (COURTELINE, Les Gaîtés de l'escadron, Un Beau jour, 1891, p. 161) : 1. [Ignace] Il est certain que l'assassinat de notre « Bismarck » [Clemenceau] eût été (...) un malheur irréparable pour la France, et, pour l'Allemagne, un vrai chopin. L. DAUDET, La Vie orageuse de Clemenceau, 1942, p. 214. Spéc. [En parlant d'une pers.] Conquête amoureuse intéressante, parti avantageux. Papa est encore (...) un joli chopin (COLETTE, Claudine à Paris, 1901, p. 259) : 2. Les petites filles qui viennent là [dans les bals populaires] y viennent (...) non pas pour faire un chopin, comme les drôlesses à falbalas des bals de l'Op.! La Petite lune, 1878-79, no 26, p. 2. Prononc. : []. Étymol. et Hist. Ca 1179 « mauvais tour » (Roman de Renart, éd. E. Martin, Branche I, 2460 : Je fot saver molt bons chopins); ca 1350 « coup » (Mystère de la Passion N.S., éd. G. A. Runnalls, 1607), attest. isolées; ca 1815 arg. (Winter ds ESN.). Dér. de chopper* (v. aussi choper); suff. -in*. Fréq. abs. littér. : 2. Bbg. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 189. (TLFi) /

De choper ; vol ; mot désuet (PN-c) / Il faut rapprocher choper, chopeur, chopin (SCHW1889) / Vient probablement de chapper (prendre), capere en latin (SCHW1889) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 913