Yankee

Yankee (tableau rapide)
Yankee Américain, américain (des États-Unis)
synonyme américain, Américain
date 1776
fréquence 39

Yankee

& yankee ; yanqui

n., adj.

Définition

Américain, américain (des États-Unis)

registre ancien : 5 registre moderne : 5

Synonyme : américain, Américain

Citations
1932 les Yankees la trouvèrent jolie source : 1932. De Gaby Deslys à Mistinguett
1969 je trouve Lancien, toujours mélancolique, attablé devant un illustré yankee où les pin ups multicolores foisonnent source : 1969. Perdus dans le djebel
1980 les rails du train intérieur qu'on voyait circuler derrière les grillages (les yanquis n'usent que modérément du barbelé) source : 1980. Pour venger Pépère
1949 Elle dansait dans une boîte de Broadway un numéro de déshabillage analogue à ces burlesques dont les Yankees sont si friands source : 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain
1947 Au fond, on se foutait du Maréchal autant que de de Gaule, des Boches autant que des Yankees ou des Angliches, des Youpins autant que des calotins source : 1947. Fleur-de-Poisse

<5 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

YANKEE1, subst. et adj. A. HIST., subst., souvent péj. Colon du Nord-Est du futur territoire des États-Unis; habitant de la Nouvelle-Angleterre. Chateaubriand (...) s'embarqua à Saint-Malo pour Baltimore (...) Il en avait fini avec les Yankees et les Canadiens en huit mois (A. FRANCE, Génie lat., 1909, p. 261). P. ext. [Pendant la guerre de Sécession] Sobriquet donné aux Nordistes (Dict. XXe s.). B. 1. Subst. [P. oppos. aux habitants des autres pays du continent américain] Américain(e) des États-Unis. Ce qui fait réussir l'Américain, ce qui constitue son type,... c'est la valeur morale, l'énergie personnelle, l'énergie agissante. Le mépris si profond que le Grec avait pour le Barbare, le Yankee l'a pour le travailleur étranger qui ne fait point d'effort pour devenir vraiment américain (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 359). En partic. Américain(e) de souche anglo-saxonne. On a cru remarquer le changement que quelques générations auraient réussi à accomplir sous l'influence du climat des États-Unis du Nord-Est dans le tempérament de l'Anglo-Saxon devenu le Yankee (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 280). 2. Adj. Relatif, propre aux Américains des États-Unis. Accent, société yankee; capitaux, mœurs yankees. Et pourquoi tous ces discours avant l'exposé du morceau. À moins d'être familiarisé avec la langue yankee, l'amateur de jazz ne les assimile pas (Le Figaro, 19-20 janv. 1952, p. 9, col. 5). Les rues, les magasins, les cinémas, les tavernes de Londres s'emplissaient de militaires yankees bons garçons et sans façons (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 3). Prononc. et Orth.: []. Plur. des yankees. Prop. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971, p. 317: un yanki, plur. des yankis. Étymol. et Hist. 1776 jankee « colon des régions du Nord-Est du futur territoire des États-Unis » (les autres colons sont appelés ici créoles) (Courrier de l'Europe, 16 juillet ds PROSCHWITZ 1962, p. 307); 1776 Yankee défini « sobriquet donné aux Américains » (ibid., 25 oct., ibid.); 1816 yankee « anglais parlé par les Américains » (SIMOND, Voy. d'un Français en Angleterre, II, 90 ds BONN., p. 173); 1841 adj. ici « qui a l'esprit des Américains du Nord-Est des États-Unis » p. oppos. à virginien (MICHELET, Journal, p. 358). Empr. à l'anglo-amér. Yankee, d'abord sobriquet des colons de la Nouvelle-Angleterre att. dep. 1758 (Americanisms) et qui, empl. par les Anglais au cours de la guerre d'indépendance pour désigner les colons amér. en gén., a désigné tout habitant des États-Unis (1784, ibid.) tout en gardant dans l'usage des habitants du Sud des États-Unis le sens de « Américain du Nord des États-Unis » (1817, ibid.), ce qui explique son emploi au cours de la guerre de Sécession pour désigner les Nordistes (1861, ibid.). Yankee est att. en appos. ou empl. adj. dep. 1772 (Yankee phraseology, ibid.) et comme subst. désignant le parler angl. propre aux Américains dep. 1825 (ibid.). L'orig. du terme est inconnue: empl. comme surnom de pers. dans des attest. dont la plus anc. date de 1683 et où il est question de Hollandais, on a supposé que Yankey, Yankee était issu du néerl. Janke, dimin. de Jan « Jean », mais dès 1775 on lui prêta des orig. indiennes dont aucune n'a pu être établie (v. Americanisms, DAE, NED et KLEIN Etymol.). Fréq. abs. littér.: 42. Bbg. BECKER 1970, p. 295, 326. COLIN Mots exot. 1986, pp. 292-293. (tlfi:yankee) /

Mot angl. des États-Unis, p.-ê. du holl. Janke, dimin. de Jan «Jean», sobriquet donné par les Hollandais aux Anglais de Nouvelle-Angleterre et de New York, ou altér. indienne de English «anglais», par l'interm. d'une forme amérindienne Yeengeese, Yeengeeze (GR2) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).