Définition de : esbrouffe

esbrouffe & esbroufe ; esbrouffre ; esbrouff ; faire de l'esbrouffe ; faire de l'esbroufe ; faire ses esbroufes ; faire ses esbrouffes ; faire des esbroufs ; ne pas valoir l'esbrouffe qu'on fait de ; sans esbroufe n.f., locution

Définition

Manières, air important, attitude affectée pour les apparences, tape-à-l'oeil, embarras, vantardise, affectation, se vanter, être prétentieux, faire l'important, vouloir épater ; faire du scandale ; mystifier, mentir ; discrètement

ALL : Protzerei, protzen, (dick tun) / IT : aria d'importanza
fréquence : 039
registre ancien : 7 registre moderne : 5

synonyme : manières, affectation, faire des façons, prétentieux, faire le prétentieux, fier famille : esbrouf- usage : général

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1827.

1827 1827 1829 1829 1835 1836 1840 1846 1846 1847 1859 1866 1870 1870 1877 1884 1894 1900 1901 1907 1915 1917 1920 1937 1951 1956 1957 1971 1977 1981 1990 1990 1990 1993 1995 2000 2007 xxxx

Citations

  • 1884 Vite initié à l'esbrouff à la mode, aux tripotages financiers, il vivait avec un bien de trois cent mille francs sur le pied de quarante mille livres de rentes source : 1884. Le Boul' Mich'
  • 1937 Puisque c'est la Tour Eiffel qu'est toujours le clou, eh bien Citroën pour l'esbrouffe il en tirait bien davantage ! source : 1937. Bagatelles pour un massacre
  • 1993 Mon besoin de silence ne pèse rien dans cette société de l'esbroufe et du vacarme source : 1993. Le gendarme des barrières
  • 1993 une construction agréable à l'oeil, mais sans esbroufe source : 1993. Le gendarme des barrières
  • 1990 Notre expérience de l'année précédente nous a rodées : les crédits de cette opération de prestige et d'envergure que certains qualifiaient d'esbroufe nous parviennent de tous côtés source : 1990. Maîtresse détresse
  • 1870 quoique, pour le dire en passant en passant, cette maison ne valût pas l'esbrouffe qu'on en faisait. [04/03/1854] source : 1870. Lettres à Francisque Michel (1848-1870) - Journal de Prosper Mérimée (1860-1868)
  • 1990 que la pluie nettoierait petit à petit, sans bruit, sans esbroufe et sans haine. source : 1990. L'étage des morts
  • 1971 Aucun cinéphile […] ne se laisse plus prendre depuis longtemps à ces pièges en quadrichromie qui renouent avec les traditions d'esbroufe des baraques à phénomènes des fêtes foraines d'antan source : 1971. Cinéma pour cochons de payants
  • 2000 Grâce aux gendarmes, dont l'uniforme comptait pour beaucoup dans l'esbroufe que nous continuions d'exercer sur tous nos visiteurs, nous nous entêtâmes pour que l'escorte armée qui les accompagnait demeurât au portail. source : 2000. Le portail
  • 1990 Nous profitons de la situation pour lui faire un peu d'esbroufe. Nous ne redoutons pas d'affirmer qu'il va retourner en calèche tout simplement parce que les billets sont interdits source : 1990. Pickpockets ! Vingt ans de flagrant délit : un flic parle
  • 1956 July Chevreuse, ma petite starlette de la nuictée, entre dans l'établissement […]. elle s'installe à une table et se met à faire une terrible esbrouffe, comme une vedette le doit à son public. J'en ai mal aux seins. source : 1956. Fais gaffe à tes os

<11 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Esbrouffe est un vieux mot qui vient d'esbouffer (éclabousser) (VIR) / Mot provençal → Esbroufer (GR) /

  • 1827 ; esbrouf «coup de force», 1815 (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.