Définition de : doublard

Définition

■ (mil.) Sergent-major, premier sergent (grade) ; maréchal chef des logis ; ■ (prison) surveillant chef, gardien de prison ; ■ (autre) chef de chantier

ANG : first sergeant-at-arms, a sergeant
fréquence : 025
registre ancien : 8 registre moderne : 8

synonyme : gardien de bagne, surveillant de prison, geôlier, sergent, sergent-chef morphologie : -ard usage : Argot militaire, Argot de la prison, argot carcéral

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1881.

1899 1911 1915 1915 1915 1916 1916 1917 1917 1917 1918 1918 1918 1918 1920 1926 1935 1936 1948 1949 1951 1960 1960 1969 1981

Citations

  • 1935 Oublie ce que je t'ai confié, une indiscrétion m'empêcherait de passer doublard. source : 1935. Viande à brûler
  • 1948 Le premier, malin comme un singe, l'esprit toujours en éveil, glisse entre les mailles des surveillances les mieux organisées. Vingt fois le « doublard » a cru le prendre en flagrant délit de lèse-règlement. Vingt fois Nénesse s'en est tiré en faisant une pirouette. source : 1948. Je sors du bagne
  • 1918 Le doublard allait se cabrer. source : 1918. Loin de la rifflette
  • 1969 c'est la crème des hommes, ce « doublard » source : 1969. Au décarpillage
  • 1917 Aux bureaux des compagnies, « doublards » et « tambours » (sergents-majors et fourriers), assistés des employés (de braves « auxi », de vaillants inaptes), ne savent plus à quel saint guerrier se vouer. source : 1917. Le chass'bi. Notes de campagne en Artois et en Argonne en 1915

<5 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

DOUBLARD, subst. masc. Argot A.− Sergent-major, sergent-chef, grade immédiatement inférieur à celui d'adjudant. Un jour ils ont voulu me mettre de semaine aux prisonniers de guerre. J'ai dit au doublard : « si vous me foutez avec les Fritz, j'en crève un » (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 275). Étymol. et Hist. I. a) [1881 « gardien-chef dans une prison » (s. réf. ds Esn.)] ; 1900 (Nouguier, Notes manuscr. Dict. Delesalle, p. 96) ; b) [1912 « sergent-major » (s. réf. ds Esn.)] ; 1915 (Echo des Marmites, suppl. au n°2 ds Sain. Tranchées, p. 38 : le doublard est ainsi surnommé à cause du double liséré qui anime discrètement chacune de ses manches). I dér. de double* (à cause du double galon de ces gradés); suff. -ard* (cf. arg. double « maréchal des logis-chef » [1861 ds Esn.]; « gardien-chef, sergent-major » [1881 Rigaud, Dict. arg. mod.]). II dér. du rad. de doubler*; suff. -ard*. Fréq. abs. littér. : 3. Bbg. Sain. Lang. par. 1920, p. 534. (tlfi:doublard)

  • On account of the double stripes on his sleeves (MAR)
  • A cause de ses deux galons dorés (GIR)
  • De double (galon double), et suff. -ard (GR)
  • Vieux mot d'argot militaire (Gauthiot1916)
  • Allusion au double galon (Lambert1915)
  • Ainsi appelé à cause de ses deux galons dorés (Dech1918)
  • ainsi surnommé à cause du double liseré qui anime discrètement chacune de ses manches (Agatha1915)
  • erreur de Sainéan qui le croit nouveau ; ancien mot de caserne (Dauzat1918, d'après Gauthiot)
  • dér. de double* (à cause du double galon de ces gradés) ; suff. -ard* (cf. arg. double « maréchal des logis-chef » [1861 ds Esn.] (tlfi)
  • 1881, Esnault (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.