Définition de : débecter

  • débecter
    • Déplaire, répugner, réprouver ; dégoûter, écoeurer (physiquement, moralement) ; se dégoûter ; dégoûter (au fig : faire renoncer)
    • fréquence : 034
    • id : 3651

débecter & débecqueter ; débecqueter ; débecter qqun ; ça me débecte ; se débecter

Définition

Déplaire, répugner, réprouver ; dégoûter, écoeurer (physiquement, moralement) ; se dégoûter ; dégoûter (au fig : faire renoncer)

fréquence : 034
registre moderne : 7

synonyme : déplaire, contrarier, dégoûter, écoeurer

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1892.

1901 1901 1907 1917 1918 1925 1927 1927 1927 1927 1937 1948 1949 1952 1952 1952 1953 1954 1954 1954 1955 1956 1957 1957 1960 1963 1967 1967 1974 1979 1983 1989 2007 2008

Citations

<5 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

DÉBE(C)QUETER, DÉBECTER, (DÉBEQUETER, DÉBECQUETER)verbe. Argot A. Emploi abs. [Le suj. désigne une pers.] Vomir. Le texte de Geoffroy, (dans un catalogue) c'est de quoi débecqueter, mais quelles illustrations! Et combien! (TOULET, Corresp. avec un ami, 1920, p. 131). B. P. ext., emploi trans. [Le suj. désigne une chose ou une pers.; l'obj. désigne une pers.] Dégoûter, répugner : Les abonnés renâclaient. Ils aimaient pas Auguste Comte. Autant Flammarion leur semblait nettement populaire, autant Auguste les débectait. CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 408. Emploi abs. Ça débecte tant qu'on est jeune (CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 293). Rem. On rencontre ds la docum. a) Débe(c)quetage, débectage, subst. masc., rare. ) Nausée, vomissement; ) chose répugnante; ) dégoût, répugnance (cf. CARABELLI, [Lang. pop.]). b) Débectance, subst. fém. Mêmes sens (ID., ibid. et BRUANT 1901, p. 147). c) Débe(c)quetant, ante, débectant, ante, adj. [En parlant de choses ou de pers.] Qui inspire le dégoût, la répulsion. Des odeurs débectantes (LE BRETON, Rififi, 1953, p. 189). L'odeur des mangeailles devenait débectante (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 47). Prononc. et Orth. : []. Cf. be(c)queter. Étymol. et Hist. 1883 débecqueter « vomir » (FUSTIER, Suppl. dict. A. Delvau); débectant « ennuyeux, désagréable » (A. LEROY, mistouf's de Télémaque, ibid.); 1892 « dégoûter » (d'apr. ESN.). Dér. de becqueter* arg. au sens de « manger »; préf. dé-*. (TLFi) /

De dé-, et bec, d'après becqueter «manger» (GR) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

  • 1892 (mais : « vomir » (sens concret), 1883) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.