Définition de : épate

épate & épat ; faire de l'épate ; faire des épates ; faire ses épates ; faire son épate ; faire l'épate n.f.

Définition

Faire des embarras, des manières, poser, faire le beau, passer pour ce qu'on n'est pas ; faire l'intéressant, être prétentieux ; action d'épater, de produire de l'étonnement chez les gens, fanfaronnade ; caractère remarquable de qqchose

fréquence : 025
registre ancien : 7 registre moderne : 7

synonyme : étonner, ébahir ; étonné, ébahi, manières, affectation, faire des façons, prétentieux, faire le prétentieux, fier

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1846.

1861 1870 1884 1885 1888 1897 1897 1899 1900 1901 1911 1911 1912 1915 1920 1926 1930 1933 1951 1953 1954 1977 1981 xxxx xxxx

8325_louys_je_fais_pas_mes_epates.jpg: 440x600, 85k (08 septembre 2019 à 20h06)

Citations

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

ÉPATE, subst. fém. Pop. Attitude ostentatoire dont le but est de provoquer l'étonnement admiratif d'autrui. Faire de l'épate. Tout de suite, avec ce besoin d'épate particulier à l'enfant, et, par conséquent, au soldat, il commença de les éblouir (Courteline, Train 8 h. 47,1888, 2epart., 4, p. 134) : Un magnifique tapis descendait les degrés du haut perron et, sur chacun, un homme en livrée restait roide comme une statue. Du Roy murmura : « En voilà de l'épate ». Maupassant, Bel-Ami, 1885, p. 331. − Sans épate. Simplement, sans faire de manières. C'étaient des parties gentilles, une friture à Saint-Ouen ou un lapin à Vincennes, mangés sans épate, sous le bosquet d'un traiteur (Zola, Assommoir, 1877, p. 476). À l'épate. En essayant de produire un grand effet. Et elle rageait, elle si simple et si peu « à l'épate », d'être mêlée aux petites manœuvres qui ridiculisaient sa mère (Gyp, Mar. Chiffon, 1894, p. 204). Un virage trop court au ras du trottoir en face (à l'épate, en pleine nuit !) (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 11). Prononc. : [epat]. Étymol. et Hist. 1846 (Féval, Fils diable, VI, 133 ds Fr. mod. t. 14, p. 58). Déverbal de épater*. Fréq. abs. littér. : 9. Bbg. Darm. 1877, p. 51. − Quem. 2es. t. 1 1970. − Sain. Lang. par. 1920, p. 102. (tlfi:épate)

  • couper les pattes, comme « amputer » (AYN)
  • 1846, Féval (TLFi)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.