gommeux

gommeux (tableau rapide)
gommeux Jeune homme à la mode, à la tenue excentrique, à l'élégance excessive, type de dandy, jeune élégant ridicule, oisif élégant et fat ; jeune homme riche, élégant ; femme à la mode du début du siècle
synonyme élégant, distingué
date 1842
fréquence 26

gommeux

& gommeuse (fém.)

n.

Définition

Jeune homme à la mode, à la tenue excentrique, à l'élégance excessive, type de dandy, jeune élégant ridicule, oisif élégant et fat ; jeune homme riche, élégant ; femme à la mode du début du siècle

registre moderne : 4

Synonyme : élégant, distingué

12355.jpg: 440x640, 67k (06 juillet 2011 à 18h42) 12355b.jpg: 700x436, 97k (06 mai 2015 à 12h29)

Citations
1939 Premet habillait de façon mirifique. Et souvent avec « des cocodès, des crevés, des gommeux, des copurchics », que suivaient des « dégrafées », des « frôleuses » et des péripatéticiennes telles qu'une Yolande de la Bégude ou une Marcelle de Saint-Figne source : 1939. Le piéton de Paris
1966 Je disais d'une « voiture » sans soupapes qu'elle était « urf », de mon cousin Xavier qui portait monocle qu'il était « copurchic » tandis que mon autre cousin Charles, avec son faux col de dix centimètres de haut était un « gommeux » source : 1966. Les cahiers du capitaine Georges - Souvenirs d'amour et de guerre (1894-1945)
1875 les fils de la bourgeoisie, ceux qui, après avoir été les gandins, les petits-crevés, sont aujourd'hui les gommeux source : 1875. Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu'en 1870
1932 Mais ce n'est pas ici un quartier à horizontales ni à gommeux source : 1932. Zola
1876 les gommeux, seul vocable aujourd'hui en possession de désigner suffisamment et de définir adéquatement cette aimable jeunesse. source : 1876. Chronique parisienne (sur l'argot parisien et l'étranger)

<5 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Origine peu claire, p.-ê. de se gommer «se pommader», des vêtements gommés «empesés» ou de la gomme ajoutée à l'absinthe, comme le pensaient les Goncourt («Quant au terme de gommeux, l'on prétend que c'est l'appellation de mépris, que les femmes donnent dans les cabarets de barrière, à ceux qui mettent de la gomme dans leur absinthe, à ceux qui ne sont pas de vrais hommes» Journal) (GR2) / Dér. de gomme, suff. -eux, -euse ; le développement sém. de gommeux1 à gommeux2 reste mal expliqué. Selon Darm., p. 105, les gommeux (...) étaient des élégants qui n'avaient d'autre occupation que de se gommer, de se pommader, de se parfumer ; selon FEW t. 4, p. 325b, le gommeux est celui qui porte des vêtements passés à la gomme, c'est-à-dire empesés, apprêtés. On relève ds Littré et DG d'autres hyp. peu convaincantes ; voir aussi celle des Goncourt (TLFi) /

  • 1842 pour le masculin (Stendhal) ; 1873 pour le féminin (GR2) / 1842 subst. masc. (Stendhal, Romans et nouvelles, t. 2, Le Rose et le vert) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).