Définition de : se monter le bourrichon

  • se monter le bourrichon
    • ■ S'illusionner, croire qu'une chose fausse est vraie et prendre un désir pour une réalité, s'abuser, se tromper sur sa valeur ; allécher qqun, monter la tête à qqun ; ■ s'emballer sur quelqu'un où quelque chose ; ■ s'énerver, s'imaginer des choses à tort ; colère ; se moquer de qqun
    • fréquence : 025
    • id : 5325

se monter le bourrichon & monter le bourrichon ; (monter le bourichon ; se monter le bourichon) ; bourrichon locution

Définition

■ S'illusionner, croire qu'une chose fausse est vraie et prendre un désir pour une réalité, s'abuser, se tromper sur sa valeur ; allécher qqun, monter la tête à qqun ; ■ s'emballer sur quelqu'un où quelque chose ; ■ s'énerver, s'imaginer des choses à tort ; colère ; se moquer de qqun

fréquence : 025
registre ancien : 7 registre moderne : 5

synonyme : tromper, se tromper, illusionner (s'), rêver famille : monter la tête

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1859.

1863 1863 1886 1888 1894 1896 1899 1900 1901 1902 1904 1914 1915 1915 1920 1925 1926 1938 1947 1950 1951 1957 1960 1981 2009

Citations

  • 1863 SYLVIA (À part, avec étonnement.) Il ne s'allume pas [d'un homme qu'elle excite sexuellement] !… […] Tu ne te montes pas facilement le bourrichon, mon chéri ! source : 1862-1863. Les jeux de l'amour et du bazar
  • 1863 J'aime mieux autre chose de moins… de plus… enfin, tu sais, de ces machines [chansons] qui nous montaient si bien le bourrichon, aidées de quelques douzaines de verres de champ ?… source : 1863. Le Bout de l'an de la noce
  • 1914 tâchez qu'elle vienne [la sage-femme] le matin… après mon café au lait ? –Oui… Je te le promets… –Je vais pas vivre, jusqu'à demain ! –Te monte pas le bourrichon. À quoi ça sert ? source : 1914. Mauviette, dans Racaille et parias
  • 1904 Tu n'diras pas que c'est mes écrevisses qui leur ont monté l'bourrichon source : 1904. La Maison Philibert
  • 1925 Je me suis monté le bourrichon et j'y ai été aidé ; je me suis pris pour un as, alors que je n'ai jamais été que brancardier source : 1925. Mon curé chez les pauvres
  • 1915 –Le bonhomme !… il se f... pas mal de nous ! –C'est à voir… –Oh ! c'est tout vu… te monte pas le bourrichon. source : 1915. Les poilus de la 9e
  • 1947 C'était mauvais de se monter le bourrichon pour une souris, si mignonne fût-elle. source : 1947. Fleur-de-Poisse

<7 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

− Expr. pop. Monter le bourrichon à qqn. Exalter (quelqu'un); (lui) en faire accroire. ... sa petite grue (...) lui aura monté le bourrichon. Elle lui aura persuadé qu'il se classerait parmi les « intellectuels » (Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 238). Avoir le bourrichon très monté. Être très exalté (cf. Flaubert, Correspondance, 1868, p. 382). Se monter le bourrichon. S'exalter ; se faire des illusions. On se monte vite le bourrichon quand on a envie de quelque chose (P. Vialar, Tournez, jolies gosses,1956, p. 98). Synon. se monter la tête. (tlfi:bourrichon) /

  • se monter le bourrichon : 1859 d'après DDL (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.