croquer le marmot

croquer le marmot (tableau rapide)
croquer le marmot Attendre longtemps, attendre indéfiniment qqun avec qui on a rendez-vous, ne pas voir arriver ce qu'on attend, faire attendre
synonyme attendre, patienter
date 1690
fréquence 19

croquer le marmot

& faire croquer le marmot

locution

Définition

Attendre longtemps, attendre indéfiniment qqun avec qui on a rendez-vous, ne pas voir arriver ce qu'on attend, faire attendre ALL : etw. vergeblich erwarten / ANG : he is waiting in the street

registre ancien : 4

Synonyme : attendre, patienter

14205_croquer_le_marmot_nounou.jpg: 381x600, 84k (02 février 2018 à 21h39) 14205_etymologie_croquer_le_marmot.jpg: 473x702, 181k (02 février 2018 à 21h39)

Citations
1823 Mais le forban [celui sert la soupe aux prisonniers] qui se baisse et se hausse, / Sans nul propos, en nous servant, / Au pavé, généreusement / Fait le petit cadeau du nectar succulent / Sur lequel je comptais pour repléter le vide / De mon estomac trop avide… / Il faut donc croquer le marmot / Jusqu'à la prochaine pitance source : 1823. Voyage à Sainte-Pélagie
1794 Pendant que les zélés soutiens de la patrie, / Croquoient le marmot pendant trois ou quatre heures, / Souvent à une demi lieue de leurs demeures, / Pour avoir de la mauvaise viande, et très-peu source : 1794. Confession du père Duchesne, marchand de fourneaux (en vers)
1935 Je payai le café, laissai deux sous de pourboire, et nous allâmes croquer le marmot. source : 1935. Viande à brûler
1935 Depuis six jours, Mme Voulaz croquait le marmot matin et soir au bureau de placement. Moins heureuse que la première fois, elle ne réussissait pas à se faire engager. source : 1935. Viande à brûler
1801 Y m'y fait zescroquer le marmot pour en conter à la boulangère source : 1801. Cri-cri, ou le mitron de la rue de l'Oursine, folie grivoise en un acte et en vaudevilles
1904 le pêcheur se laissa conduire chez son nouvel ami, au rez-de-chaussée du garni, où Vincente avait si souvent croqué le marmot en l'attendant source : 1904. Pepete le bien-aimé
1829 Là [marchand de vin] il attendit qu'un des individus composant sa maison domestique vînt à son tour se rafraîchir. Il ne demeura pas longtemps à croquer le marmot. source : 1829. Mémoires d'un forçat ou Vidocq dévoilé (tome second)
2007 Le popotin enrobé dans le cuir molletonné du siège, je croque le marmot en matant le salon high-tech du pousse-ballon shooté. source : 2007. La gigue des cailleras
1735 ce qui n'empêcha pas qu'on ne me fit attendre plus d'une heure […]. Monsieur le nouveau Secrétaire, me disois-je pendant ce tems-là, prenez, s'il vous plaît, patience. Vous croquerez bien le marmot, avant que vous le fassiez croquer aux autres source : 1735. Histoire de Gil Blas de Santillane

<9 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

On dit proverbialement, qu'un homme a été long-temps à croquer le marmot, pour dire, qu'on l'a laissé long-temps à attendre sur les degrez, dans un vestibule. Ce proverbe vient apparemment des compagnons Peintres, qui quand ils attendent quelqu'un, se desennuyent à tracer sur les murailles quelques marmots ou traits grossiers de quelque figure : ce qu'on appelle croquer le marmot, suivant la phrase qui vient d'estre expliquée (FUR) / Littré reprend cette expliquation s.v. croquer, REY-CH a raison, mais feint d'oublier que Littré écrit ailleurs, s.v. marmot : « Contrairement à l'explication donnée par Furetière, M. Boucherie pense que croquer le marmot provient de la fable où la mère promet de donner au loup l'enfant qui crie, et que c'est attendre le moment où l'on permettra au loup de croquer le marmot. Mais cette explication pèche en ce que c'est introduire dans la locution attendre qui n'y est pas, et qu'il faut trouver une interprétation qui de croquer le marmot mène directement à attendre » / REY-CH penche pour motivation donnée par Guiraud : attendre devant une porte en cognant imaptiemment le heurtoir / D'après la citation de Lesage, je penche nettement pour l'explication de Sainéan rapportée par REY-CH : idée de claquer des dents, de grommeler, grogner d'impatience (gb) /

  • 1690 (GR) / fin XVIe (REY-CH) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).