Définition de : coup de l'étrier

coup de l'étrier & verser le coup de l'étrier ; prendre le coup de l'étrier ; déjeuner de l'étrier ; boire le coup de l'étrier ; vin de l'étrier ; lolo de l'étrier locution

Définition

Dernier verre bu avant de partir, avant de voyager, en se quittant ; > (érot.) dernier coup de baise avant de partir

fréquence : 020
registre ancien : 4

synonyme : boire, offrir à boire usage : Argot de l'alcool et de l'ivresse

Chronologie

1747 1823 1828 1836 1860 1868 1882 1884 1886 1892 1911 1911 1915 1956 1958 1960 1966 1981 1984 1989

Citations

  • 1823 il fallut se dépêcher ; nous nous hatâmes d'avaler le coup de l'étrier, et nous nous sauvâmes dans nos chambres respectives. source : 1823. Voyage à Sainte-Pélagie
  • 1960 Je me réveille au petit jour pour pouvoir réintégrer le cantonnement avant l'appel. Je ne puis cependant refuser à Élyane le coup de l'étrier. source : 1960. Chass'bi
  • 1884 j'offris même au quator de gendarmes le coup de l'étrier source : 1884. Les cocottes de mon grand-père
  • 1884 Je viens de leur faire faire le déjeuner de l'étrier. Ils sont encore plus gris qu'avant-hier source : 1884. Les cocottes de mon grand-père
  • 1882 C'est là que, le dimanche soir, les collégiens avant de rentrer, vont boire le coup de l'étrier source : 1882. Paris horrible & Paris original
  • 1956 Encore un peu de cette mixture, mon vieux ? –Le coup de l'étrier, alors. Il faut que je m'en aille source : 1956. M'as-tu vu en cadavre ?
  • 1958 Piston prit un petit trot gaillard qui mit bientôt le séant de son cavalier à rude épreuve. Titin encaissa sans se plaindre. Encore une lieue, et les troubadours de la Cadière lui verseraient le coup de l'étrier. source : 1958. Millionnaires en herbe
  • 1836 Nous venons vous faire nos adieux, mes bons amis, et boire le coup de l'étrier. source : 1836. L'enfant du faubourg
  • 1911 Il n'en manque pas, de gouapes girondes qui seraient contentes de venir faire pitancher le lolo de l'étrier, au pauvre Nénesse… source : 1911. Le journal à Nénesse
  • 1868 On but le coup de l'étrier… et l'on songea au départ source : 1868. Le courrier de Lyon

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Le maréchal de Bassompierre (1579-1646) en fut l'initiateur : « Le maréchal fut envoyé en ambassade en Suisse. Après un festin que lui donnèrent les députés des treize cantons, le jour qu'il eut son audience de congé, ils l'accompagnèrent et le virent monter à cheval. Le maréchal leur proposa de boire le coup de l'étrier. Ils envoyèrent quérir leur grand verre. “Non, dit l'ambassadeur, le vin de l'étrier doit se boire dans la botte.” Il se fit ôter une des siennes qu'on remplit de vin ; il y but la valeur d'une grande rasade. Après lui tous les députés des treize cantons y burent, et la butte fut entièrement vidée » (Encyclopédiana, Laisné 1857, cité par GIR-BIS)
  • XIXe ; s'appelait : vin de l'étrier au XVIIe (MCC)
  • Cité dans (GR), non daté /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.