Définition de : chipie

  • chipie
    • ■ Femme méchante, impertinente, toujours prête à se disputer ; femme désagréable, boudeuse, orgueilleuse, dédaigneuse, arrogante ; ■ femme raffinée, prude, difficile, bégueule, exagérément pudique ; □ faire la dégoûtée, faire des manières, faire la difficile, ne manger que du bout des lèvres
    • fréquence : 025
    • id : 6593

chipie & vieille chipie ; faire sa chipie n.f.

Définition

■ Femme méchante, impertinente, toujours prête à se disputer ; femme désagréable, boudeuse, orgueilleuse, dédaigneuse, arrogante ; ■ femme raffinée, prude, difficile, bégueule, exagérément pudique ; □ faire la dégoûtée, faire des manières, faire la difficile, ne manger que du bout des lèvres

ANG : a saucy woman
fréquence : 025
registre ancien : 3 registre moderne : 3

synonyme : manières, affectation, faire des façons

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1821.

1844 1854 1859 1878 1894 1901 1902 1904 1905 1916 1920 1921 1926 1932 1935 1945 1946 1951 1954 1969 1982 1990 1990 2003 2008

Citations

<4 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

CHIPIE, subst. fém. Fam. (Vieille) fille, femme méchante, dédaigneuse, désagréable à vivre. Vieille chipie (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, La Farce, 1883, p. 1281).C'est une vieille chipie : elle a toujours quelque chose de désagréable à vous dire! (Bourdet, Le Sexe faible,1931, I, p. 260): 1. Elle était enfant naturelle d'un Prince, disait-elle mystérieusement, d'un très noble prince, mort avant d'avoir pu la reconnaître. (...) Toutes ses hauteurs de chipie venaient de là. Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 19. Littér. [En parlant d'un animal] : 2. J'ai dû la vexer [la dinde], car le sang monte à sa tête. Des grappes de colère lui pendent au bec. Elle a une crise de rouge. Elle fait claquer d'un coup sec l'éventail de sa queue et cette vieille chipie me tourne le dos. Renard, Histoires naturelles,1896, p. 38. − Emploi adj., rare. [En constr. d'attribut ou d'adj. postposé] La princesse Cristina (...) est excessivement maigre, chipie, et (...) je l'ai trouvée horriblement laide (Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 2, 1850, p. 322). P. ext., vx. Bégueule. Des locutions (...) à faire rougir Cambronne (...) qui pourtant n'était pas chipie (E. Labiche, La Fille bien gardée,1850, I, p. 270).Nous sommes dans des siècles chipies et prudhommesques (E. et J. de Goncourt, Manette Salomon, 1867, p. 318). Prononc. et Orth. : [ʃipi]. Ds Ac. 1878-1932. Ds la docum. on rencontre chipi (H. Lavedan, Le Vieux marcheur, 1895, p. 94). Étymol. et Hist. 1821 faire sa chipi (Desgranges, Petit dict. du peuple cité par Goug. Lang. pop., p. 175). Peut-être contraction de chiper et de pie, cet oiseau étant réputé voleur (cf. chipe « femme avare, pingre, qui rapine » en bas Maine et en Champagne d'apr. Sain. Lang. par., p. 115); à rapprocher du norm. gripie « chipie, mégère » (Moisy; composé de griper « attraper » et de pie) et de l'ang. chigripie « id. » (Verr.-On.). Fréq. abs. littér. : 37. Bbg. Goug. Lang. pop. 1929, p. 175. − Sain. Lang. par. 1920, p. 115, 477. (tlfi:chipie) /

P.-ê. de chiper, et de pie ; ou, d'après P. Guiraud, déverbal de chipier « vétiller, chicaner », doublet de chipoter, ou de chiepie. Cf. Grippe-pie (GR) /

  • 1821 : chipi (GR) / faire sa chipie, Desgranges (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.