¶ vrai de vrai

vrai de vrai & vraie de vrai (fém.) locution

Définition

Voyou, homme du milieu, vrai criminel, homme affranchi, parfait souteneur, apache modèle, un homme, un vrai

fréquence : 026
registre ancien : 8

synonyme : voyou, vaurien, truand, criminel usage : typo délinquant

Chronologie (aide)

1925 1929 1929 1930 1931 1933 1934 1935 1935 1935 1936 1937 1947 1947 1948 1948 1951 1953 1961 1965 1976 1976 1976 1981 1993 1998

Citations (aide)

  • 1976 Je préfère de beaucoup des rencontres, même très, très sommaires, de garçons pas très affranchis, plutôt que des garçons de salon. J'aime les vrais durs, les vrai de vrai. source : 1976. Dire nos sexualités
  • 1961 Autrefois très fermé, le milieu n'acceptait pas les touche-à-tout comme aujourd'hui. Les « vrais de vrai » défendaient leurs prérogatives et ne participaient pas, comme c'est courant maintenant, aux fricfrac et hold-up [sic]. Le trafic de la came n'était pas davantage leur fort. À chacun son métier, leurs gagneuses n'en étaient que mieux gardées. source : 1961. L'hydre aux mille têtes
  • 1965 J'ai profité de l'aubaine et souri comme un vrai de vrai de Ménilmuche. source : 1965. Le Tigre aime la chair fraîche
  • 1935 Le « béguin » actuel, Alphonse, bel homme, un « vrai de vrai », exige beaucoup de « pèze » ou argent pour accorder quelques faveurs. source : 1935. Sous-soliloques des trottoirs de Paris
  • 1925 c'est un homme. Il est estimé dans le milieu. Il a vécu, et il a « payé », ce gars-là, tu sais, il pourrait en raconter. Un « vrai de vrai ! ». Si on le cherche, on le trouve source : 1925. La bonne vie
  • 1935 Les vrais de vrais, comme on dit aujourd'hui, commençaient à l'Élysée-Montmartre, bal gentil où on repérait les boniches ayant des dispositions source : 1935. Moi, le Dab, souteneur !
  • 1929 –T'es donc plus un affranchi, ripostait le poisse, un vrai de vrai ? Faut l'dire, alors. source : 1929. Au Poiss' d'or
  • 1929 Mais les temps sont changés. La mode s'en est mêlée. Aujourd'hui, la rue de Lappe jouit d'une manière de notoriété. Les consommations du Bousca – le plus riche de ces estaminets – sont au prix fort, et les « vrais de vrais » ont émigré vers des rues plus propices… source : 1929. Au Poiss' d'or
  • 1935 –Oh ! mon loup… Elle a donné un long baiser sur les lèvres de mon compagnon. Lui en « vrai de vrai » n'a pas bronché, n'a pas tiqué. Il s'est laissé faire. source : 1935. Fortes têtes à pompon rouge
  • 1998 Ce Germain-là est un braqueur d'élite. Un vrai de vrai et, en outre, un compagnon de promenade grillagée tout à fait remarquable. source : 1998. Le cercle noir
  • 1933 j'ai mon vrai de vrai, un homme affranchi source : 1933. C'est un mâle
  • 1936 J'avais rêvé d'avoir un homme, un vrai de vrai source : 1936. Tel qu'il est
  • 1929 Une casquette et une vieille veste, un accent étranger, un air de discrétion, voilà qui suffit à vous faire passer pour un « vrai de vrai » source : 1929. Je suis un geux
  • 1948 Et puis je repensais toujours à Julot, à mon vrai de vrai, à ma taule. source : 1948. Vie d'une prostituée
  • 1931 j'te présente Lucy la Blonde, une vraie de vrai qu'est chipée pour toi et qui est une bonne gagneuse ! source : 1931. Coeurs féroces... Amours farouches - Roman du milieu (chez les gangster de France)
  • 1947 Trignol égrène des histoires de terreurs, de demi-sels, de patrons de claque, de filles d'amour : les vrais de vrais, chers à Carco, défilent source : 1947. Mon journal dans la drôle de paix
  • 1976 À quoi cela servirait-il ?… Mais à rien, Mendoza… Rien, sinon te prouver à toi-même que t'étais un homme. Oui ! un vrai de vrai ! Un mec qui savait s'imposer dans la jungle humaine. source : 1976. Histoire criminelle de Rafaël Mendoza

<17 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.