sainte nitouche

sainte nitouche (tableau rapide)
sainte nitouche Personne prude, innocente, réservée, femme qui affecte une grande innocence, femme pudibonde, et qui cache en réalité un naturel pervers ; air innocent, candide, pudique
synonyme prude, pudique
date 1534
fréquence 23

sainte nitouche

& Sainte-Nitouche ; sainte-nitouche ; sainte Nitouche ; saincte Nitouche ; air de sainte nitouche ; air de sainte-nitouche ; air de sainte-n'y-touche

Définition

Personne prude, innocente, réservée, femme qui affecte une grande innocence, femme pudibonde, et qui cache en réalité un naturel pervers ; air innocent, candide, pudique

registre ancien : 3 registre moderne : 3

Synonyme : prude, pudique Famille : saint

21270_sainte_nitouche_quand_tu_accouches.jpg: 521x822, 94k (26 juin 2018 à 20h15) 21270_tu_es_bien_sainte_nitouche.jpg: 397x626, 69k (26 juin 2018 à 20h15)

Citations
1895 Comme il avait, avec ses prédilections pour la pornographie, assez d'esprit, il ne demanda plus la parole (oh ! cela est réglé : chacun chante à son tour) que pour dire les romances plus molles, les plus sucrées, avec un air de sainte-n'y-touche du plus amusant effet ; puis, quand il avait fini : –Vous êtes content de moi, hein, patron ? Elle était couverte (gazée) celle-là. La vertu de ces dames ne s'est pas offusquée ? source : 1895. En plein faubourg
1958 Elle a toujours soupçonné celui-ci de lui préférer sa soeur qui, malgré ses airs de sainte-nitouche savait jouer de son corsage pour aguicher les hommes. source : 1958. Chandeleur l'artiste
1899 Inutile de faire la sainte nitouche… On sait ce qu'on sait, pardine !… Tu as été sa maîtresse, ne t'en défends point source : 1899. Escal-Vigor
1748 Quelle simplicité ! et quelle hypocrisie ! Tandis que la sainte nitouche se trouve tous les jours au parloir avec frère Conrad. Et je l'y ai surprise l'autre jour qui se prêtait le mieux qu'elle pouvait à travers la grille source : 1748. Le triomphe des religieuses, ou Les nonnes babillardes, dans L'Enfer de la Bibliothèque nationale
1946 nous savons avoir de telles faces de saintes-nitouches, quand nous voulons nous en donner la peine, qu'ils sont persuadés que nous avons été calomniés source : 1946. Le cinquième procédé
1846 Et toi qui fais le sainte-nitouche, avec ton air sournois source : 1846. Les chauffeurs du Nord
1624 Hé sainte Nitouche, tant tu le bas froid, encore que ta coquille ne laisse pas de baailler attendant la marée source : 1624. Les ramonneurs
1722 Je sçais que le cagot Nitouche qui duppe tout le monde par son hypocrisie, m'a fait une déclaration d'amour. source : 1722. Le fleuve d'oubly, comédie. Représentée par les comédiens de Son Altesse Royale Monseigneur le Duc D'Orléans, en 1722, dans Théâtre de Monsieur Le Grand, comédien du Roy
2006 son petit air de sainte nitouche commence à m'exciter. J'imagine le pire comme le meilleur. Ce genre de filles réservées s'avèrent parfois des salopes de haut niveau. source : 2006. Fuck and forget - Journal de Pattaya
1903 j'ai eu la visite de la dame patronesse. […] Vous pensez si j'ai fait ma petite sainte nitouche. J'ai pleuré, j'ai dit que j'étais bien malheureuse, que je n'avais rien à me reprocher et qu'on m'avait collée ici par vengeance. source : 1903. Les enracinées

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

SAINTE(-)NITOUCHE, subst. fém. Fam., péj. Jeune fille ou femme qui joue à la prude, qui prend hypocritement des airs offensés. Quand on fait la sainte-nitouche, comme vous, on devrait au moins, après avoir carotté des personnes bienfaisantes, ne pas les appeler vieilles tourtes! (HUYSMANS, Soeurs Vatard, 1879, p. 328). Il ne se moque jamais des choses religieuses comme font certaines saintes nitouches (MONTHERL., Ville dont prince, 1951, I, 3, p. 870). Prononc. et Orth.: []. Ac. dep. 1835: sainte nitouche. LITTRÉ, Lar. Lang. fr., ROB. 1985: sainte nitouche. Plur. des saintes(-) nitouches. V. saint. Étymol. et Hist. 1534 interj. Saincte Nytouche! (RABELAIS, Gargantua, XXV, 129, éd. R. Calder, p. 173); 1545 subst. une sainte nytouche (LEMAÇON, Trad. de Boccace, 5e journ., X ds GDF. Compl.). Du fém. de saint* et de nitouche mot plais. formé de n[e], y et touche, forme verbale de toucher*, littéral. « qui n'y touche pas, qui n'a pas l'air d'y toucher », v. toucher1. Fréq. abs. littér.: 15. (tlfi:sainte-nitouche) /

Altér. de n'y touche (pas). → Toucher (GR) / Du fém. de saint et de nitouche mot plais. formé de n[e], y et touche, forme verbale de toucher, littéral. « qui n'y touche pas, qui n'a pas l'air d'y toucher » (TLFi) /

  • 1534 (GR) / 1534 interj. Saincte Nytouche ! (RABELAIS, Gargantua, XXV, 129, éd. R. Calder, p. 173) ; 1545 subst. une sainte nytouche (LEMAÇON, Trad. de Boccace, 5e journ., X ds GDF. Compl.) (TLFi) / 1648 (gb) / Se trouve aussi dans Mathurin Régnier, Sat. XII (Guichemerre) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).