bougnoule

bougnoule (tableau rapide)
bougnoule ■ (hist.) Africain, Noir ; ■ (hist.) Indochinois (Vietnamien, Laotien) ; (Indochine) ; ■ (moderne et hostile) Arabe, Maghrébin (Algérien, Marocain, Tunisien) ; langue arabe ; ■ (par ext.) troupier en tant que corvéable (marins, Brest) ; □ à Brest, le chemin de fer départemental qui sert surtout aux paysans de l'arrondissement
synonyme Arabe, Maghrébin, Africain (nègre, Noir), asiatique
date 1890
fréquence 26

bougnoule

& Bougnoule ; bougnoul ; bougnioul ; □ train bougnoul

n., adj.

Définition

■ (hist.) Africain, Noir ; ■ (hist.) Indochinois (Vietnamien, Laotien) ; (Indochine) ; ■ (moderne et hostile) Arabe, Maghrébin (Algérien, Marocain, Tunisien) ; langue arabe ; ■ (par ext.) troupier en tant que corvéable (marins, Brest) ; □ à Brest, le chemin de fer départemental qui sert surtout aux paysans de l'arrondissement

registre ancien : 8 registre moderne : 7

Synonyme : Arabe, Maghrébin, Africain (nègre, Noir), asiatique Langue : Wolof

19766_dakar_bougnoul_elegant_campagne_dugay_trouain.jpg: 984x768, 138k (05 octobre 2019 à 01h33)

Citations
1960 Les bougnouls de garde devant la caserne ont juste le temps de tourner la tête pour le voir passer source : 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
1955 je le tiens pour sale foutu bougnoule source : 1955. La nuit de Saint-Germain-des-Prés (Les nouveaux mystères de Paris, 6e arrondissement)
1994 même que Nonosse […] il s'est mis à gueuler que « le peuple français y ferait jamais la guerre au peuple bougnoule ». source : 1994. La guerre des gusses
1994 –À poil ! qu'il t'a dit, le capitaine. Fissa ! […] –C'est du bougnoule, tu dois comprendre ! Fissa ! source : 1994. La guerre des gusses
2005 Si on avait le malheur d'attraper un « bougnoule »… systématiquement il prenait une trempe, si on attrapait un jeune, s'il avait des cheveux longs, systématiquement il prenait une trempe… source : 2005. Entretien réalisé par Gaby Castaing le 4 janvier 2005, dans Les récits de vie de policiers
1998 Contremaître plâtrier dans le civil, Douadi était un homme de la ville, qui méprisait les « fellah », les « ploucs ». Son injure favorite à leur égard était le mot « bougnoul », qu'il prononçait d'ailleurs « binioul ». source : 1998. Section Bordel
2004 Il [appelé musulman] était sensible à toute parole plus ou moins raciste et volontiers querelleur avec les « Métros » qui employaient le mot « bougnoule » à tout bout de champ. source : 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne
1936 c'est là qu'étaient les batteries d'artillerie qu'on ravitaillait pour l'attaque du 3. –Ils ont bien manqué de nous foutre à l'eau, ce jour-là. –Les artilleurs débouchaient à zéro. On voyait sauter les bougniouls en l'air. –Tu parles d'une boucherie. source : 1936. Hajde Prilep. Journal d'un poilu d'Orient
1977 R.A.S. Tout va bien à la section, mais il n'en est pas de même pour le reste du bataillon. Il y avait du vent et c'est la compagnie vietnamienne qui a enregistré le plus de casse. Fatal. Les bougnouls sont plus petits, plus légers source : 1977. Faut pas rire avec les barbares
1977 Ici [au Vietnam], on se bat contre les bougnouls, quoi. source : 1977. Faut pas rire avec les barbares
1979 Et la cantonade de rigoler : les bougnouls ? Tous des pédés ! source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.
1979 Ne va pas dans les quartiers où il y a des bougnouls, ils ont toujours un rasoir dans la poche pour égorger ! source : 1979. Chouf ! Ils ont laissé leurs 20 ans en Algérie. Aujourd'hui ils parlent.
1958 tu disais à propos de Khoung et de Oanh ? –Ils jouent aux patrons depuis que tu n'es plus là. […] Deux pouilleux de « bougnouls » ? source : 1958. Rage blanche

<13 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BOUGNOUL, OULE, subst. masc. Arg., péj. A.− Nègre ou métis : 1. Il n'osait pas entrer le sauvage. Un des commis indigène l'invitait pourtant : « Viens bougnoule ! Viens voir ici ! Nous y a pas bouffer sauvage ! » (...) Ce noir n'avait encore, semblait-il, jamais vu de boutique, ni de blancs peut-être. Céline, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 172. 2. ... le grand vice des nanas, c'est de se maquer avec les bougnouls... A. Simonin, Le Petit Simonin illustré, 1957, p. 56. B.− P. ext. [Dans le lang. des Européens] Nord-Africain indigène : 3. Si (...) la droite française manœuvrée par le fascisme algérien, ne barrait pas la route au leader M.R.P. (M. Pflimlin), il mesurerait ce qu'a d'irréductible la résolution de ces « désespérés » qui ont pris les armes pour n'être plus jamais les ratons et les bougnoules de personne. Mauriac, Le Nouveau Bloc-notes, 1961, p. 54. Rem. Attesté dans Lar. encyclop. Suppl. 1968 et Rob. Suppl. 1970. PRONONC. ET ORTH. : [buɳul]. Lar. encyclop. Suppl. 1968 écrit bougnoule. Rob. Suppl. 1970 admet bougnoul, bougnoule ou bounioul. ÉTYMOL. ET HIST. − 1890 fam. et péj. « individu corvéable » (Jargon de la mar. et de l'infanterie coloniale d'apr. Esn. Poilu); 1911 train bougnoul, expression relevée à Brest pour désigner un train servant surtout aux paysans, aux « indigènes » du département (ibid.); 1932 « nègre », supra ex. 1. Empr. à la lang. ouolof (Sénégal) bou-gnoul « noir » désignant le Noir, le négrillon, déjà terme d'injure pour désigner l'indigène frotté de français; v. Ch. Monteil dans Esn. Poilu

Au sens de troupier : marins, 1918 et Brest, 1890, 1898 ; les Bougnouls sont, au témoignage de certains marins et coloniaux, tous les Sauvages ; selon d'autres, ce sont seulement une tribu de l'Afrique nord-ouest ; un marin spécifie que ce sont les Kroumanes du cap des Palmes et que ce nom a une extension plus grande ; un Martiniquais dit que la population civile de la Martinique nomme Bougnoul les noirs, les métis, les hommes du pays. Étymologie : en wolof (Sénégal), bou-gnoul, le Noir, khalèl bou-gnoul, Négrillon ; « pour l'indigène frotté de français c'est une injure proche de sale nègre » (Ch. Monteil). (Esnault1919)

  • Du wolof bou-gnoul « noir » (GR)
  • Terme couramment utilisé dans l'armée d'Algérie pour désigner les Algériens de souche ; cette qualification a pris un sens péjoratif. Ce mot était inconnu en Algérie avant 1954. Peut-être est-il venu d'Indochine ou d'Afrique noire. (Angelelli2004)
  • « Les grandes rasades d’alcool galvanisaient les ardeurs des poilus basanés qui gueulaient dans un mauvais français: "Abou Gnoul" (Apporte la Gnole), à l'origine de l'appellation argotique de "bougnoule". » (http://goo.gl/vjYlZ7)
  • 1890 d'après ESN, « celui qui fait les corvées », train bougnoule (1911, Brest) et 1932 (les Blancs du Sénégal aux Noirs autochtones) (GR, TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).