Définition de : baroud

baroud & au baroud ; □ en plein baroud ; □ aller au baroud ; monter au baroud ; faire le baroud ; □ revenir du baroud n.m.

Définition

Combat armé, guerre, bataille, où il y a du danger, situation périlleuse, bagarre, lutte ; □ en plein combat ; □ aller au combat ; □ revenir des combats

fréquence : 023
registre moderne : 6

synonyme : bagarre, rixe, guerre, front, combat militaire famille : baroud usage : Argot militaire langue : Arabe

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1924.

1924 1943 1943 1944 1945 1949 1950 1951 1952 1953 1953 1960 1965 1965 1969 1973 1976 1979 1982 1984 1988 2004 2011

Citations

  • 1965 Craignant que le 46e ne me fournisse jamais l'occasion d'accomplir une action d'éclat, je sollicite et j'obtiens la faveur d'être muté au 22e Étranger ! Entièrement formé de métèques, sauf quelques rares Français amateurs de baroud, comme moi. Ils sont tous là, ceux que les patriotes-comme-il-faut appellent l'écume de l'Europe : la canaille rouge, les échappés de ghetto, les déterreurs de carmélites, la pègre internationale… Les métèques, en un mot. source : 1965. La débâcle
  • 1960 On va les attendre ici, décida Si Lahcen. Ils veulent le baroud, je vais le leur donner. source : 1960. Les Centurions
  • 1953 Quand j'pense que j'ai eu ma première permission en septembre 1915, après un an de baroud source : 1953. Allons z'enfants
  • 1984 Il n'avait plus envie d'aller au baroud. source : 1984. Boulevard des allongés
  • 1953 Vous, dans l'artillerie, vous n'aviez pas à vous biler… Mais nous, les coloniaux, toujours à l'avant, au milieu du baroud ! source : 1953. Allons z'enfants
  • 2004 Ces planqués révolutionnaires, plus préoccupés de se dorer au soleil en palabrant sur la « doctrine politique » que de monter au baroud. source : 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne
  • 2004 C'est Gino qui est en tête : quinze ans de baroud, on peut lui faire confiance. source : 2004. Une guerre au couteau. Algérie 1960-1962, un appelé pied-noir témoigne
  • 1953 c'est un copain de baroud source : 1953. Prosper en croque

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BAROUD, subst. masc. Arg. des casernes. Combat, bagarre : 1. Voyons, mon petit pote, fais pas l'idiot. Je te dis qu'on nous a prévenus : il va y avoir du baroud un de ces jours. Sartre, Les Mains sales,1948, 3e tabl., 2, p. 87. 2. ... moi qui avais rapporté de la guerre l'horreur de mornes tueries, je conservais malgré tout (...) un goût pour le baroud... P. Vialar, La Mort est un commencement, La Carambouille, 1949, p. 246. − En partic. Baroud d'honneur. Combat désespéré ou inégal que l'on livre pour sauver l'honneur : 3. Nos amis de Beyrouth et de Damas nous faisaient dire : « Si les alliés entrent en Syrie de toutes parts et en grand nombre, il n'y aura qu'un baroud d'honneur. » De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 155. − P. métaph. : 4. ... il y a des femmes qui résistent quelque temps, même quand elles sont décidées à se rendre. Le baroud d'honneur... − Je vous aimais trop pour vous résister. Cela, au moins, ce n'est pas cosi fan tutte. Montherlant, Pitié pour les femmes, 1936, p. 1117. 5. Piqûres, médicaments, rayons : arsenal inutile! Simple baroud d'honneur contre la maladie. H. Bazin, Lève-toi et marche,1952, p. 172. Prononc. : [baʀud]. Étymol. ET HIST. − 1924 baroud « combat » (d'apr. Esn.); 1936 baroud d'honneur, supra ex. 4. Mot chleuh (dial. berbère du sud du Maroc), d'apr. Esn. STAT. − Fréq. abs. littér. : 7. BBG. − Quem. 2es. t. 2 1971, p. 7. (tlfi:baroud) /

Arabe du Maroc barud « poudre explosive » (GR) /

  • 1924 (GR) ; 1924, Esnault (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.