¶ squatter

  • squatter
    • ■ Occuper illégalement un endroit, investir un lieu, y loger illégalement, parasiter un logement, occuper un endroit de façon gênante et durable ; ■ occuper un espace sans rien faire, traîner durablement dans un lieu ; ■ (par ext.) garder quelque chose pour soi sans partager, utiliser ce qui n'est pas à soi, s'approprier
    • fréquence : 024
    • id : 14801

squatter & squatter un lieu ; squatter chez qqun ; squatter qqchose à qqun ; squatter qqun v.tr.

Définition de squatter

■ Occuper illégalement un endroit, investir un lieu, y loger illégalement, parasiter un logement, occuper un endroit de façon gênante et durable ; ■ occuper un espace sans rien faire, traîner durablement dans un lieu ; ■ (par ext.) garder quelque chose pour soi sans partager, utiliser ce qui n'est pas à soi, s'approprier

fréquence : 024 registre moderne : 5

synonyme de squatter : habiter, loger, demeurer

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1969.

1988 1990 1993 1995 1997 1998 1999 2001 2001 2002 2002 2003 2003 2004 2006 2007 2008 2009 2011 2012 2016 2018 xxxx xxxx

Citations (aide)

  • 2008 Nedjma, Fatoumata et moi, on squatte côté Seine, le centre commercial d'Argenteuil. […] Le centre commercial, je le connais depuis son ouverture, il y a quatre ans. source : 2008. Kiffer sa race
  • 1999 Aziz depuis son allergie a perdu beaucoup de ses muscles et squatte son plumard 24/24. source : 1999. Boumkoeur
  • 1997 Le chômage. Faut pas chercher plus loin. C'est ça qui nique tout. À quarante piges, tu as des lascars qui tiennent toujours le mur (qui ne font rien) et qui squattent leurs parents. source : 1997. La cité
  • xxxx Jéremy, il a pas d'thunes et il ose pas chourave alors i nous squatte des gâteaux, c'te gros profiteur source : codi céfran
  • 1988 Il avait quand même trois passions : tuer les paysans qui tentaient de squatter sa terre, torturer ses ennemis et compter son fric source : 1988. L'exécuteur - Fleuve de sang en Amazonie
  • 2003 je squattais devant un bahut source : 2003. Dans l'enfer des tournantes
  • 2002 Les marginaux envahissent les lieux, squattent les pas de porte, rendant toute cohabitation avec les habitants impossible. source : 2002. Flic à Tours
  • 2006 Au nom d'une nouvelle règle – pas plus de cinq ans au même poste –, la vieille garde est déboulonnée. source : 2006. Place Beauvau - La face cachée de la police
  • 1990 Calhoune squattait tout le temps mes chemises. Ce n'étaient pourtant que de vieilles chemises kaki de coupe militaire source : 1990. L'étage des morts
  • 2009 Cette milice, dirigée par deux anciens mercenaires et composée d'individus pour la plupart armés de chaînes, de haches ou de fusils, squattait alors la faculté. source : 2009. Sang d'encre au 36

<10 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

  • Formé sur squatter ou empr. à l'angl. to squat qui n'est cependant att. à l'empl. trans. dans ce sens que dep. 1975 ds NED Suppl. 2, le lieu occupé étant gén. désigné par un compl. prép. alors que l'empl. trans. ou réfl. admet gén. un compl. d'obj. désignant une ou des pers. qu'on installe ou qui s'installent illégalement (v. NED Suppl.2, DAE et Americanisms). (TLFi)
  • 1969 (Le Monde, 1er févr., 4c ds HÖFLER Anglic.) (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.

Discussion

Merci pour vos contributions.

Il y a Squatter = occuper illégalement et squatter = se faire héberger temporairement chez un proche, ou par extension utiliser un objet appartenant à un proche sans vraiment lui demander comme dans l'exemple 1990 Calhoune squattait tout le temps mes chemises. Ce n'étaient pourtant que de vieilles chemises kaki de coupe militaire source : 1990. L'étage des morts. Dans ce sens de squatter, l'idée est quel le "squatteur" a peut être un peu forcé la main du "squatté" , en jouant sur ses sentiments par exemple ou en exagérant et transformant un service normal rendu par le "squatté" en légère contrainte mais rien d'illégal.

19/05/2021