se bomber

se bomber (tableau rapide)
se bomber Ne pas profiter de qqchose, ne pas avoir, être privé, jeûner ; non, refus
synonyme non, refus, être privé, ne pas avoir, jeûner
date 1902
fréquence 22

se bomber

& se bomber de ; pouvoir se bomber ; tu peux (toujours) te bomber ; faire bomber qqun de qqchose

Définition

Ne pas profiter de qqchose, ne pas avoir, être privé, jeûner ; non, refus

registre ancien : 7

Synonyme : non, refus, être privé, ne pas avoir, jeûner

Citations
1965 Le seul profit du service militaire, je le méprise pas, c'est que tu peux dire à une môme, en lui montrant ta photo en troufion : « Malheureusement, ces vaches-là ils m'ont pris bon service armé et j'ai dû la boucler pendant douze mois que j'ai été emmerdé par des connards de rempilés. » Alors elle, la môme, elle pense en elle-même : « Ah, il a été pris bon service armé, donc c'est un homme, je peux toujours essayer. » Autrement, elle se méfie et tu te bombes. source : 1965. La débâcle
1935 –J'irai donc à la nage. –Et si on te poisse, tu te bombes de perme ! –Qu'ils se la collent au cul, leur perme. source : 1935. Mer Noire
1935 le directeur a diminué tous les appointements de dix pour cent. Il avait un prétexte, le compte de profits et pertes était déficitaires, et les actionnaires se sont bombés. source : 1935. Viande à brûler
1954 Si vous persistez à me croire embringué dans cette histoire de tableau, vous pouvez vous bomber pour que j'aille espionner pour votre compte la belle Geneviève Levasseur source : 1954. Le soleil naît derrière le Louvre
1955 Quel ballot ! J'ai touché du fric, justement, mais il peut se bomber pour en voir la couleur source : 1955. Fièvre au Marais
1955 peux-tu me dire pourquoi tu t'es vanté de l'avoir liquidée et que je pouvais me bomber pour affurer mon fric source : 1955. Pas de pitié pour les caves
1917 Et même le lieutenant chef de section, dans l'abri de qui l'« homme de jus » s'était présenté tout d'abord, s'était « bombé de rab » – suivant la forte expression de l'homme de jus lui-même source : 1917. La reprise du fort de Douamont
1918 Si l'on est en mauvais termes avec le cuistot, il peut sournoisement vous faire bomber de jus : c'est une terrible vengeance source : 1918. L'argot des poilus
1918 –Nous aut'es, on se l'accroche. –Même de jus, qu'on s'est bombés c'matin ! source : 1918. Au seuil des guitounes
1949 si elle s'imaginait qu'elle allait revenir ici toutes les nuits comme elle avait eu l'air d'en manifester l'intention, elle pouvait se bomber source : 1949. Un drôle de mec - Roman traduit de l'argot américain

<10 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

BOMBER, verbe. Emploi pronom. Se bomber de qqc. S'en priver, s'en passer. (tlfi:bomber) /

Parce que faire la tortue, c'est jeûner (Rigaud) et que la tortue a le dos bombé (Esnault1919)

  • De l'idée de « faire ventre », avoir le ventre vide (→ Bidon, étym.) (GR)
  • Par antithèse (Henry Solus dans Barrès)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)
  • Fin XIXe, Pouget, Père Peinard (av. 1902), d'après CELL-REY (GR)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).