languefrancaise.net

Bohème (définition)

Bohème
■ (collectif) Ensemble de personnes gaies et insouciantes qui vivent au jour le jour ; le monde pauvre des artistes et intellectuels déclassés ; ■ (vie non conventionnelle) celui qui mène la vie de bohème ; type artiste, étudiant insouciant et pauvre ; type d'intellectuel déclassé ; □ vie d'artiste insouciant et pauvre ; vie errante

Bohème & bohème ; bohême ; □ vie de bohème #nom masc., nom fém.

■ (collectif) Ensemble de personnes gaies et insouciantes qui vivent au jour le jour ; le monde pauvre des artistes et intellectuels déclassés ; ■ (vie non conventionnelle) celui qui mène la vie de bohème ; type artiste, étudiant insouciant et pauvre ; type d'intellectuel déclassé ; □ vie d'artiste insouciant et pauvre ; vie errante

↓ fréquence : 022 | registre moderne : 3

Citations
  • 1911 le bohême, qui met un soin méticuleux à ne pas se peigner, remplace le faux-col par un maillot, mange assis de côté, un pied sur la chaise voisine source : 1911. Au camp d'aviation
  • 1872 Nous en avons vu de ces anciens bohèmes, redevenus hommes comme tout le monde, et rien ne peut exprimer l'existence misérablement triste, à laquelle ils étaient voués, le tombeau intellectuel dans lequel ils s'éteignaient. source : 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès
  • 1872 la part de rédaction du chroniqueur de la Bourse était on ne peut plus mince, et Vallès se trouva de nouveau sur le pavé de Paris, avec ses ambitions, ayant pour horizon la misère. Cette fois, il était bien jeté dans la bohème, et il ne devait plus quitter ce chemin où il était déjà trop loin pour reculer. source : 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès
  • 1872 Cette vie de bohème, telle que l'a faite la société moderne ; cette misère qui se heurte à chaque pas aux jouissances du luxe ; ces obscures privations qui voient luire autour d'elles les splendeurs de la richesse ; cette boue du vagabondage où l'on patauge, dans le froid et la faim, éclaboussé par les équipages insolents du bonheur ; ce pèlerinage douloureux vers un but qui recule sans cesse ; tout cela est à peine connu. Murger a peint la bohème d'un pinceau fantaisiste, trop gaie et trop attrayante. Il l'a idéalisée. On sent qu'il en est sorti heureusement, et le plaisir de l'homme arrivé lui fait oublier les souffrances de l'homme qui marche. Il se repose dans ces souvenirs et, à travers le voile charmant dont il les couvre, la réalité affreuse n'apparaît pas assez. Le tableau vrai, navrant, cruel, de cette existence misérable, il faut le chercher dans Vallès. À côté des Scènes de la vie de Bohème, comme conclusion à une telle lecture, il faut lire les Réfractaires. Il n'y a plus ici la gaieté mais l'ironie ; il n'y a pas le rire des satisfaits : c'est la grimace des damnés. Une éloquence âpre, mordante, poignante, vous serre le coeur. Les calembours de Schaunard et les chansons de Musette sonneraient faux dans cet adagio lugubre, où pleure la misère, où grince l'orgueil, où siffle le sarcasme. source : 1872. Les étapes d'un réfractaire : Jules Vallès
  • 1882 Bohème par nature, il rôde dès le matin dans les quartiers riches source : 1882. Paris horrible & Paris original
  • 1886 il se destinait à la peinture ; mais, trop bohème pour travailler dans un atelier, il avait pris le parti de vivre au hasard, en utilisant les quelques connaissances qu'il avait du dessin source : 1886. Paris oublié
  • 1869 Dans ce temps-là on les appelait : bohèmes ; épithète dont le sens serait assez difficile à expliquer, si on ne pouvait l'entendre de l'isolement qui se fait forcément autour des gens qui ne se soucient que de ce dont les autres ne veulent pas source : 1869. Charles Baudelaire, sa vie, son oeuvre dans Baudelaire et Asselineau - Textes recueillis et commentés par Jacques Crépet et Claude Pichois
  • 1893 dans le monde des bohêmes, les mendiants ne manquent pas. J'ai connu des licenciés qui vivaient de ce métier source : 1893. Paris qui mendie - Mal et remède
  • 1900 Il n'était pas besoin de beaucoup d'esprit pour reconnaître la chambre d'un bohême. source : 1900. Mémoires de Pierre S. voleur
  • 1974 il y a dans chaque gros bourgeois un bohême qui sommeille. source : 1974. Le roman d'un turfiste

<10 citation(s)>

Chronologie et sources

Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Merci.

1855 1863 1869 1872 1881 1881 1882 1884 1886 1887 1893 1896 1900 1901 1909 1911 1939 1947 1954 1955 1974 1979

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments