Définition de : se mettre de la partie

se mettre de la partie (tableau rapide)
se mettre de la partie Participer, intervenir, prendre part activement ; être impliqué, participer, être présent
synonyme participer, s'impliquer
fréquence 019

se mettre de la partie

& être de la partie ; se mêler de la partie

locution

Définition

Participer, intervenir, prendre part activement ; être impliqué, participer, être présent

registre ancien : 2 registre moderne : 3

Synonyme : participer, s'impliquer

Citations
1887 Les codétenus de Gavroche se mêlent de la partie. source : 1887. Le monde des prisons
1794 Chacun se mit à rire de l'à-propos, et, par compagnie, il se mit aussi de la partie, et, riant aux éclats, il croyait avoir dit la chose du monde la plus spirituelle. source : 1795 (an III). Almanach des prisons
1914 La mitrailleuse donne contre une mitrailleuse allemande, et non canons se mettent de la partie source : 1914. Le cahier rouge, dans Georges Ducroq, Le tombeau de Marcel Drouet
1915 Mais la pluie se met de la partie et vient cingler les wagons ornés de mille caricatures source : 1915. L'écho des marmites (tout sauf lexique)
1970 L'autre soir, près du jardin, les services spéciaux argentins étaient de la partie. source : 1970. Échelon de destruction
2009 Demain matin, à la première heure, on tape, ajouta Duhamel. Qui veut être de la partie ? source : 2009. Sang d'encre au 36

<6 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Être, se mettre de la partie. Participer à un divertissement, à une partie de plaisir ou à une entreprise délicate: 22. Une grande tournée électorale fut organisée: le sous-préfet et le notaire du chef-lieu devaient m'accompagner; le peintre ordinaire de Sa Majesté était de la partie. Reybaud,J. Paturot,1842, p. 324. P. anal. ou au fig. [Le suj. est une chose concr. ou abstr.] Sa conscience recommença de défaillir. La vanité se mit de la partie pour tourmenter cette pauvre âme (Sandeau,Mllede La Seiglière,1848, p. 77). Le soleil était de la partie. Pour son dernier été, celui de la Saint-Martin, il s'en donnait de flamber, blanc et or, irradiant dans un ciel de cristal bleu (Pesquidoux,Livre raison, 1928, p. 157). (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).