Définition de : baron

  • baron
    • ■ (escroquerie) Compère qui joue premier, qui attire les dupes (au bonneteau, ou autre jeu de foire ou de place publique), complice d'escroquerie dont le rôle est de manipuler la victime, complice ; tricheur? joueur? ; ■ (police) équipier dans une enquête
    • fréquence : 010
    • id : 23065

Définition

■ (escroquerie) Compère qui joue premier, qui attire les dupes (au bonneteau, ou autre jeu de foire ou de place publique), complice d'escroquerie dont le rôle est de manipuler la victime, complice ; tricheur? joueur? ; ■ (police) équipier dans une enquête

fréquence : 010
registre ancien : 9 registre moderne : 9

synonyme : complice, escroc usage : Argot des courses, hippisme, Argot du jeu et de la triche

Chronologie

1900 1912 1935 1954 1954 1974 1975 1976 1981 2012

Citations

  • 1912 L'équipe [pour le bonneteau pratiqué dans le train] comprend le teneur et des contres ou barons, ses complices, qui, montés dans le même compartiment, n'ont pas l'air de se connaître. source : 1912. Les plaies sociales. La Pègre
  • 1912 puis l'un des barons se détermine à risquer un coup : c'est l'allumage. Les barons, un à un jouent, engrènent les voyageurs candides qui n'ont pu résister au plaisir de donner un conseil, qu'on relève par un défi et les voilà pris dans la partie. source : 1912. Les plaies sociales. La Pègre
  • 1900 Le bonneteur a toujours avec lui un ou plusieurs barons (compères). source : 1900. Mémoires de Rossignol
  • 1935 Ma meilleure place a été celle de baron. Ne crois pas qu'il faille avoir des parchemins pour devenir baron. J'étais au service d'un camelot, marchand de bijoux à la poignée. Quand il commençait le boniment, je me mettais devant lui afin d'agglomérer les badauds enhardis par mon exemple. Puis je me retirais en douce, pour réapparaître, brandissant un billet de cent sous, au moment délicat qu'on appelle le coup de casque. Je gagnais seize francs à baronner, et j'aimais cette profession libérale, à laquelle il m'a fallu renoncer quand mon patron est parti ébaubir la province. source : 1935. Viande à brûler
  • 1954 Là, aux barons, on leur prenait vingt sancs au lieu de quinze source : 1954. L'Aristo chez les tricheurs
  • 1976 Le « teneur » ou tenancier du jeu est appelé « bédouin » ou « grec ». Il est toujours assisté de rabatteurs ou « parasites », désignés encore dans le « milieu » sous l'appellation de « barons » ou « contres », dont le rôle est de « lever » les « pigeons » source : 1976. Un septennat policier - Dessous et secrets de la police républicaine
  • 1974 Le cheval est quelconque, ou simplement peu préparé. Le « baron », enfin, le complice de celui qui a affirmé que le cheval partait « sûr », encaisse les paris du propriétaire, à qui l'on a pu prétendre que son cheval était certain de s'envoler. source : 1974. Le roman d'un turfiste

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.