Définition de : étendre

étendre & se faire étendre ; étendre net v.tr.

Définition

■ Assommer ; mettre à terre (de force) ; ■ assassiner ; tuer, se faire tuer

fréquence : 015
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : tuer, assassiner, assommer, assommé

Chronologie

1887 1892 1927 1937 1949 1952 1952 1952 1955 1960 1977 1979 1981 1982 1997

Citations

<8 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

ÉTENDRE, verbe trans. 3. [Avec implication de violence; dans le but éventuel de tuer] Renverser (quelqu'un) (sur le sol). Un coup de couteau l'étendit inanimée sur le sol (THARAUD, Fête arabe, 1912, p. 192). a) Loc. Étendre raide (mort), étendre mort. Tuer. Il arrangeait la scène, discutait où il se placerait, comment il frapperait, afin de l'étendre raide (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 205). Au part. passé. Je vois dans ce vêtement tramé par les Furies Cet homme étendu mort (CLAUDEL, Agamemnon, 1896, p. 909). Spéc., SP. (lutte, boxe). (Quasi-)synon. envoyer au tapis. Toto Sépulture ne fit pas long feu; au deuxième round Jacques l'étendit à terre d'un direct à la mâchoire de derrière les fagots (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 61). En partic. Tuer. L'ennemi que j'ai étendu d'une balle au ventre avant qu'un autre ne le vengeât, je l'ai observé quand il mourait (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 570). c) Fam., pop. Tuer. (Quasi-)synon. abattre, allonger. Tu vas me le dire tout de suite (...) ou je t'étends ! (...) je sentais son bide trembler sous mon flingue (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953, p. 107). Loc. Se faire étendre Se faire tuer (d'une balle). Et je comptais pas dans le lot [des dix cadavres, victimes de mon grisbi] la petite lope du square Vintimille qui s'était fait étendre elle aussi, au flan (SIMONIN, Touchez pas au grisbi, 1953 p. 231). P. ext. Se faire prendre à partie violemment. C'était un coup à se faire étendre !... la bévue était effrayante! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 155). Au fig., fam. (dans la langue des écoliers, étudiants). Échouer à un examen, un concours. Étymol. et Hist. 2. ca 1165 « coucher quelqu'un en l'allongeant de tout son long », en partic. « renverser quelqu'un à terre » (ID., ibid., 10924), « tuer quelqu'un » mort l'estent (ID., ibid., 12186) (tlfi:étendre) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.