Définition de : défriser

  • défriser

défriser & ça te défrise ? v.tr.

Définition

Désappointer, mécontenter, déplaire, contrarier

fréquence : 015
registre ancien : 7 registre moderne : 6

synonyme : déplaire, contrarier

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1790.

1899 1900 1901 1905 1905 1914 1917 1933 1938 1953 1955 1969 1977 1979 2007

Citations

<5 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

II.− Au fig., fam. et pop. A.− Emploi trans. [Le suj. est un nom exprimant un fait, un événement ou un pron. dém.; le compl. un nom de pers., un pron. ou un nom à contenu psychol. : sentiment, etc.] Désappointer, contrarier en décontenançant. Synon. chiffonner.Cela me dépayse et me défrise sensiblement (Amiel, Journal,1866, p. 421).Eh bien, oui, j'ai couché avec Foucarmont. Après?... Hein? Ça te défrise, mon petit mufe! (Zola, Nana,1880, p. 1448).Il ne voit même pas [le public] que, dans ce récit, ce sont les Français qui reçoivent la frottée, ce qui devrait défriser un peu son enthousiasme (Léautaud, Théâtre Boissard.t. 2, 1943, p. 278).Le marché noir les défrise un peu (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 340). B.− Emploi pronom. Être désappointé. Il ne faut pas vous défriser pour si peu (Littré). 2. 1808 fig. « causer une déception » (Hautel). (tlfi:défriser) /

  • défriser v.tr. non conv. RELAT. "contrarier" - GR[85], 1839 ; L, DG, ø d.
    • 1790 - «Faisant chorus avec prélats d'église, / Bien bichonés qu'un bon décret défrise, / Et qui font rage aussi de leur côté [...]» [Lemaire], 8e let. bougrement patriotique du véritable père Duchêne, 3 - P.E.
    • 1803 - «BOUT-RIME. Moi qui voulois faire toilette aujourd'hui, qui attends un habit neuf, voyez donc... PISTACHE. Cela te défrise, n'est-ce-pas ?» Francis et Désaugiers, M. Pistache, 5 (Cavanagh) - P.E.
    • 1804 - «DUHAZARD [...] (à Manon.) Ça vous défrise le sentiment ça, mais c'est égal, autant de bâclé. Au revoir, et sans rancune, mam'zelle Manon.» Sidony et Servières, Jocrisse suicide, 17 (Masson) - P.E.
  • Corr.FEW (3, 795b), GLLF, TLF, Lex.[79] (1808, D'Hautel)
    • 1807 - «Ça te défrise. Locution burlesque qui équivaut à cela te chiffone, te contrarie ; se dit à quelqu'un qui trouve à redire à ce que l'on dit, ou qui jette un regard envieux sur le bonheur d'autrui.» [D'Hautel], Dict. du bas-langage, I, 279 (Slatkine) - P.E.
  • défriser v.tr. non conv. RELAT. "mettre à mal" - ø t. lex. réf. ; absent TLF
    • 1791 - «La mademoiselle Théroigne / Vient d'attraper un coup de peigne ; / Qui défrise ses grands projets, / Hélas ! c'était de grands forfaits.» Les Actes des apôtres, n° 257, 15 - P.E.
    • 1796 - «Avons-nous ainsi remis la victoire quand nous avons rossé les ennemis ? Il paroit que nous ne les avons pas encore tous défrisés...» L'Ami du peuple, n° 220, 11 brumaire an V, 2 - P.E. (bhvf:défriser) /
  • 1790, 8e let. bougrement patriotique du véritable père Duchêne (Enckell, BHVF) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.