capon

motdéfinitionrelationscitationsdatescommentaires

date : 1794 registre ancien : 4 registre moderne : 4 fréquence : 21

capon & camponne (fém.) ; □ faire le capon ; ≠ pas capon n.

Peureux, poltron, pleutre, lâche, pusillanime ; □ manquer de courage, céder ; ≠ pas peureux, brave

Synonyme : peureux, effrayé, peu viril, personne molle et sans caractère

1794 Toi qui avois pris le nom d'un vieux militaire, / Devant le tribunal révolutionnaire, / Tu as joué le rôle du dernier des capons 1794. Confession du père Duchesne, marchand de fourneaux (en vers) 1826 Le premier qui vous parle… qui vous regarde… qui… suffit, on verra si je suis un capon ou un mioche ! 1826. Les jolis soldats 1836 j'ai eu bien des torts envers vous, mais f..., vous me les avez bien rendus à l'audience. –Tu es capon ; si tu n'avais pas tant caponné, tu serais encore en vie 1836. (Lacenaire après sa condamnation.., anon.), dans Mémoires de Lacenaire, avec ses Poèmes et ses Lettres, suivis de Témoignages, Enquêtes & Entretiens présentés par Monique Lebailly 1932 Bah ! marche donc ! fit la mère Auguste, tu seras toujours un capon 1932. Vidocq - Le roi des voleurs, le roi des policiers 1892 Qu'as-tu à répondre, capon ? Hein ? Neye-toi maintenant, si tu veux 1892. Le chiffonnier de Paris - Grand roman dramatique 1916 Près de lui, les plus capons se muaient en héros. Avec lui comme guide, une folle tentative devenait une réalité. 1916. Crapouillots - Feuillets d'un carnet de guerre 1857 Au fait, vois-tu, vous avez fait les capons, vous autres. Et toi, Barazer, tu as été le plus lâche d'eux tous. 1857. La femme du peuple, dans L'échelle des femmes 1836 Et toi, tu t'es sauvé, capon ! 1836. L'enfant du faubourg <8 citation(s)>

CAPON, ONNE, subst. B. Vieilli, fam. Personne lâche et peureuse : 1. Tenez ferme, mes enfants! ne lâchez pas! ... ah! les capons, les voilà qui filent! nous allons leur régler leur compte! ZOLA, La Débâcle, 1892, p. 373. Étymol. et Hist. 2. 1808 « homme lâche, poltron » (D'HAUTEL, loc. cit.); 1808 « flatteur, hypocrite » (ID., ibid.). Peut-être forme prov. ou normanno-picarde de chapon; A p. allus. à ses ergots (cf. 1616, Comédie des Proverbes, acte III, scène 4 ds Anc. théâtre fr., t. IX, p. 76 : ces gueux-là ... l'ont escamotté et aggriffé avec leurs argots de chappon), cf. aussi coquin; B p. allus. à l'incapacité et à la couardise de l'animal châtré; les rapports de capon avec le fourbesque accaponi 1628 « gueux couverts de fausses plaies » (Jargon de l'argot réformé ds SAIN. op. cit., p. 54) sont mal élucidés. Fréq. abs. littér. : 36. (tlfi:capon) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 850