bouif

bouif Cordonnier, savetier ; > mauvais ouvrier cordonnier ; > mauvais ouvrier
date 1867
fréquence 18
synonyme cordonnier, savetier, bottier

bouif

& (buif)

n.

Cordonnier, savetier ; > mauvais ouvrier cordonnier ; > mauvais ouvrier

registre ancien : 7

2714_souvenir_d_un_bouif.jpg: 549x702, 151k (19 janvier 2018 à 22h12)

1960 Y a là le bouif de la rue de l'Aqueduc 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
1939 des bougnats, des trains qui ont la longueur d'un instant de cafard, des chats qu'on sent lourds de moulins à café, des potassons sédentaires, des bouifs centenaires, des dentistes quaternaires 1939. Le piéton de Paris
1891 J'ai lâché mon homme, Gueule d'Empeigne, un sale bouif, y me ratissait toute ma braise 1891?. Paris-Impur
1910 dans l'impossibilité où il se trouvait de s'offrir un grog du même nom au lieu de se réchauffer en battant la semelle, tel un vulgaire « bouif » 1910. À la conquête du Pôle Nord, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)

<4 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

On disait cela primitivement des ouvriers cordonniers mais depuis cette expression s'est étendue à tous les corps de métiers : un mauvais écrivain ou un mauvais acteur c'est un bouif (VIR) / Par aphérèse de ribouis «savetier» (GR) / Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).