cran

cran (tableau rapide)
cran Jour de prison, jour de salle de police ; (journée)
synonyme prison (temps)
date 1879
fréquence 14

cran

& jour de cran

n.m.

Définition

Jour de prison, jour de salle de police ; (journée) ANG : day of prison

registre ancien : 7 registre moderne : 7

Synonyme : prison (temps) Usage : militaire, guerre

17514_cuistot_a_pige_trois_crans.jpg: 1024x657, 212k (18 septembre 2019 à 01h22)

Citations
1969 je manque de tomber en bousculant mon estafette de tout à l'heure, qui arrive avec un plateau chargé de café fumant et de tartines. Je passe ma colère sur lui : –Et alors !… Vous ne pouvez pas faire attention, bougre d'empaillé !… Vous voulez que je vous flanque huit crans, non ? source : 1969. Perdus dans le djebel
1917 Tant pis pour celui qui arrivera le dernier. Il n'y coupera pas pour ses quatre crans !… source : 1917. La guerre en masques
1905 Quatre crans ! vous les avez. […] quatre jours de salle de police source : 1905. Y'a du bon ! – scène militaire
1915 Il en est encore à donner une punition, et Dieu sait cependant, s'il pourrait en donner des « crans », car il y a, parmi ceux de la 9e, trois farceurs de Parisiens source : 1915. Les poilus de la 9e
1915 et Cajamort qu'avait peur de récolter aussi quat'crans s'était planqué dans l'ombre… source : 1915. Les poilus de la 9e
1905 Au réveil de demain, on compte 914 crans, sans la permission de l'adjupète source : 1905. Le Tigre & Coqueliquot
1911 et grouillez-vous si vous ne voulez pas que je vous colle quatre crans source : 1911. Le retour de Manounou, dans La bande des Pieds Nickelés (1908-1912)

<7 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

Cran. Jour d'arrêt, de prison. Biter des crans. Écoper des jours de consigne. P. anal., arg. scol. Jour de retenue. 3. 1879 arg. milit. « jour de punition » (p. allus. à l'entaille faite pour marquer quelque chose) (31e d'Artillerie au Mans d'apr. Esnault, Notes inéd., 1956). (tlfi:cran) /

mot de caserne qui semble dater de d'entre 1885-1895 ne vient pas de ce que la consigne est une privation de sortie mais de ce que le consigné est bouclé au quartier (d'où l'idée de ceinturon à crans) (Esnault1919)

  • 1879, Esnault (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).