Définition de : cocufier

cocufier (tableau rapide)
cocufier Faire cocu ; tromper, être infidèle ; baiser le partenaire d'autrui
synonyme adultère, infidèle
date 1660
fréquence 020

cocufier

v.tr.

Définition

Faire cocu ; tromper, être infidèle ; baiser le partenaire d'autrui

registre moderne : 6

Synonyme : adultère, infidèle Famille : cocu

Citations
xxxx Pourquoi diable, ai-je été cocufier cet Iroquoi ? source : xxxx. Le principal témoin, dans Un client sérieux
1925 Voilà une femme que le premier soutier venu pouvait s'envoyer pour une pièce d'cent sous six francs à Shangaï ou à Beyrouth, il y a seulement pas cinq ans ; aujourd'hui, un imbécile lui lâche un million par an ; elle le cocufie avec tout le monde source : 1925. La bonne vie
1791 présentez-vous comme il convient pour recevoir mon Priape ; je veux cocufier votre mari de la bonne sorte source : 1791. Bordel patriotique institué par la reine des Français, pour les plaisirs des députés de la nouvelle législature, Précédé d'une épître dédicatoire de Sa Majesté à ces nouveaux Lycurgue
1907 Quand j'accorde mes faveurs à une femme mariée, je tiens à la fidélité de l'époux. Autrement, je n'aurais pas du tout la sensation que je le cocufie… Je regrette beaucoup… C'est un principe source : 1907. L'amour s'amuse - Roman
1756-1763 (vers) Le marquis ne fait point mystère de son bonne fortune et je connais quelqu'un a qui il a avoué tout bonnement qu'il avait un grand plaisir à cocufier M. Masson [1761] source : 1756-1763 (vers). Paris sous Louis XV - Rapports des inspecteurs de police au roi

<5 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments
  • De cocu, d'après les verbes en -fier, lat. -ficare (GR)
  • 1660 Molière (Sganarelle ou le Cocu imaginaire) (GR) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Formulaire de commentaire (s'ouvre dans une nouvelle page).