¶ à la caille

à la caille & être à la caille ; l'avoir à la caille ; avoir à la caille locution

Définition de à la caille

Être en colère, mécontent, irrité ; ne pas aimer, en avoir après qqun, être de mauvaise humeur, être mécontent ; (aimer)

fréquence : 016 registre ancien : 8 registre moderne : 8

synonyme de à la caille : colère (être/mettre en), énerver, humeur (mauvaise), bouder, mécontent

Chronologie (aide)

La plus ancienne attestation connue est : 1910.

1918 1919 1921 1938 1947 1950 1952 1954 1955 1955 1957 1960 1960 1960 1981 2001

Citations (aide)

  • 1955 Tout ce que je peux dire, c'est que Coppolani l'avait salement à la caille contre Janot. Il regrettait de l'avoir pris avec nous dans le coup en question source : 1955. Mollo sur la joncaille
  • 1957 Je l'ai vachement à la caille : encore un coup de la bande Parkers. source : 1957?. Dix ans de frigo
  • 1960 Il l'a à la caille depuis tout à l'heure cézigue ! Depuis l'apéro que ce salingue a été se jeter dans le col, en suisse source : 1960. Du mouron pour les petits oiseaux
  • 1960 Les Fritz, dit-on, seraient entrés à Lunéville. On l'a un peu à la caille tout de même. source : 1960. Chass'bi
  • 1950 plus je voyais qu'elle l'avait à la caille, plus je m'entêtais. Je voulais rien savoir, elle me posséderait pas source : 1950. Ainsi soit-il
  • 1921 nous écoutons Troubat le rouquin hurler à l'oreille de Timmer le sourd que la bourgeoise de Guillaume a son homme à la caille ; même qu'elle lui répète tous les soirs, lorsqu'ils montent se coucher : « Si t'as voulu jouer au c.., t'as gagné ». source : 1921. La boue

<6 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

CAILLE2, subst. fém. Argot A.− L'avoir à la caille. Être mécontent. Si on brûlait les papelards de mes vieux pour les terres, j'l'aurais à la caille (Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, p. 15). B.− Avoir qqn à la caille. Le détester : J'm'en fais pas pour les embusqués ou les demi-embusqués, pisque c'est perdre le temps qu'on a, mais où j'les ai à la caille, c'est quand i' crânent. Barbusse, Le Feu, 1916, p. 139. Rem. On rencontre ds la docum. la forme homon. caille, mot arg. au sens de « excrément, merde » déverbal de cailler, forme dial. de cacare (infra étymol.). Je vois un flic qui fait sa ronde (...) Ah caille ! Je bouge pas davantage ! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 329). Prononc. : [kɑ:j]. Étymol. et Hist. [1906 truc à la caille « indélicatesse » (d'apr. E. Chautard, La Vie étrange de l'arg., p. 299); 1910 avoir qqn à la caille « détester qqn » (d'apr. Esn.); 1926 une gueule à cléber de la caille (ibid.)]. Issu d'un type *caille au sens de « estomac » d'apr. *cail « présure, organe digestif dont on fait la présure » qui est à l'orig. de caillette* « quatrième estomac des ruminants », avoir qqn à la caille signifiant « l'avoir sur l'estomac » (Guir. Étymol., p. 60) ; de l'homonymie existant entre caille « estomac » et caille dér. de cailler forme dial. issue de cacare « déféquer, fienter » (cf. supra Céline), sont formés, par substitution synonymique les syntagmes l'avoir à la crotte, l'avoir à la mouscaille, d'où l'on a tiré l'hyp. (Esn.) que caille était issu de mouscaille par aphérèse. STAT. − Caille1 et 2. Fréq. abs. littér. : 186. (tlfi:caille) /

Parisiens et parisianisés, 1917-18 ; Feu, 1916 ; 1910 ; si on invoque *rouscaille, substantif verbal de rouscailler (...) si on rapproche de se cailler le sang (...) si on invoque mouscaille ; la 1ere hypothèse explique mieux Avoir qqun à la caille, la 2e l'avoir à la caille, la 3e être à la caille (Esnault1919)

  • Caille = estomac, avoir à la caille = voir qqch. « sur l'estomac » (GR)
  • Argot parisien courant d'avant-guerre (Dauzat1918voc)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.