languefrancaise.net

définition : priante

priante
Église, (chapelle) ; messe ; prière

Citations
  • 1912 Cette variété de malfaiteurs [pickpockets] fréquente les agglomérations de foule, partout où il y a prétexte à rade ou à trèpe (rassemblement), tels que salons, expositions, lègres, ou marchés et foires de province ; priantes, églises les jours de grandes fêtes ou de grands mariages source : 1912. Les plaies sociales. La Pègre
  • 1844 On voit bien que vous venez de la priante, car vous bigotez ! A quoi bon tous ces boniments ? source : 1844. Les vrais mystères de Paris
  • 1911 Le ratichon est revenu… […] Du maigre, hein !… Fermez-ça… Je n'ai pas besoin d'entendre vos priantes à la flan… Foutez-moi la paix, c'est tout ce que je vous demande… source : 1911. Le journal à Nénesse
  • 1911 Son fort, c'était aussi de tortiller du pain à cacheter, à Pâques, et elle n'aurait jamais pioncé sans y aller de sa priante source : 1911. Le journal à Nénesse
  • 1911 Si je tenais le Grand Mec, qu'est-ce que je lui causerais pour avoir laissé ma pauvre dabesse se faisander comme ça, elle qui lui a maquillé tant de cajoles et qui s'est tant foutue à pattes en lui babignant des priantes source : 1911. Le journal à Nénesse
  • 1911 Il avait babillé du latin'muche au séminaire pour être calotin… On disait même qu'il avait massé dans une priante, qu'il avait liché de la vinoche dans le gobelot et égoutté le saloir, à la messe… source : 1911. Le journal à Nénesse

<6 citation(s)>

Chronologie et sources

Amis visiteurs, si vous connaissez une date plus ancienne, vous êtes chaleureusement invités à la partager en discussion avec indication de la source exacte. Elle sera vérifiée et intégrée à la notice sous votre signature. Merci.

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

1836 1836 1844 1846 1847 1849 1877 1885 1900 1901 1901 1911 1912 1916

Compléments