languefrancaise.net

tollard (définition)

tollard
Grabat de bagnard ; planche sur laquelle dorment les bagnards ; flanc de bois où couche le forçat ; banquette de bois sur laquelle dorment les bagnards ; lit de camp ou planche sur laquelle le forçat repose

tollard & tollar ; tolas ; tola ; tolar ; tolart ; taulat ; taulard ; Tollard #nom masc.

Grabat de bagnard ; planche sur laquelle dorment les bagnards ; flanc de bois où couche le forçat ; banquette de bois sur laquelle dorment les bagnards ; lit de camp ou planche sur laquelle le forçat repose

↓ fréquence : 014 | registre ancien : 6 | registre moderne :

  • 1868 La nuit venue, il s'accouda sur son tollard, et attendit source : 1868. Le courrier de Lyon
  • 1868 En continuant de glisser le long des tollards alignés, le sinistre interlocuteur de Dubosc disparut dans l'ombre de l'immense salle source : 1868. Le courrier de Lyon
  • 1868 plein de confiance, il s'étendit sur son tollard source : 1868. Le courrier de Lyon
  • 1853 Dans chaque salle, on rencontre sur une même ligne vingt-cinq bancs dont la forme est celle de deux grands lits de camp adossés ; sur chaque banc, nommé tollard, sont couchés vingt-quatre galériens, douze sur chacun des rangs, disposés en plan incliné. source : 1853. Voyage en Bretagne
  • 1986 Contre ce mur sont adossés les « tolas », simples planches de bois inclinées d'environ quatre mètre cinquante de large sur deux mètres vingt de long où doivent trouver place dix à douze forçats, enchaînés pendant la nuit au « ramas » (tringle de fer […]) source : 1986. Bagnards à Brest
  • 1845 Au milieu de chaque salle et contre la colonnade qui repose dans toute la longueur, se dresse sur un plan incliné un lit de camp en planches, nommé Tollard source : 1845. Les bagnes ; histoires, types, moeurs, mystères
  • 1841 À ce mur, dans l'épaisseur duquel sont pratiquées des cuisines, des fontaines, des tavernes, des fosses d'aisance, s'adossent, à droite et à gauche, les tolards ou lits de camp. Chaque salle peut contenir 800 hommes ; chaque tolard en reçoit vingt-quatre. source : 1841. Les forçats, dans les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle. Province.
  • 1837 Ces lits de camps s'appellent tolats ou bancs. Du côté des pieds, ces tolats ont une longue barre de fer dans laquelle la chaîne du forçat se trouve passée quand il est à son banc source : 1837. Essai sur la réforme des prisons en France
  • 1845 Les forçats de cette troisième division [indociles], non destinés aux travaux, sont constamment attachés à leurs bancs ou tolards. source : 1845. Intérieur des bagnes, Essai historique, Physiologique et Moral
  • 1830 Les bancs, ou tolarts, sur lesquels couchent actuellement les forçats, sont semblables aux lits de camp que l'on trouve dans tous les corps-de-garde source : 1830. Les bagnes. Rochefort

<10 citation(s)>

Chronologie et sources

Si vous connaissez une date plus ancienne, indiquez-la en discussion avec précision de la source exacte. Merci.

1830 1837 1841 1845 1845 1850 1853 1868 1901 1986 1995 2000 2000 2012

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments
  • Du provençal taulas, amas de planches assemblées pour faire un refuge sommaire. (Armand2012)