pailleux

registre ancien : 6 registre moderne : 0 fréquence : 7

pailleux

& pailleuse (fém.)

n.

Prisonnier qui couche sur la paille, qui n'a pas les moyens de payer pour un lit, prisonnier de la salle commune ; type de détenu qui travaille (Sainte-Pélagie)

Synonyme : prisonnier, détenu

Usage : prison, carcéral

1795 Les chambres des femmes sont aussi divisées en chambres à la pistole et en chambres à la paille. Les pistoles occupent le premier, les chambres des pailleuses (*), sont au rez-de-chaussée derrière une arcade / (*) On appelle pailleux ou pailleuses, ceux ou celles qui n'ayant pas le moyen de payer le loyer d'un lit, sont obligés de coucher sur la paille. 1795 (an III). Almanach des prisons xxxx Le prévôt est le prisonnier le plus ancien de la salle.. Les habitants des salles communes prennent le nom de pailleux et de pailleuses, parce qu'anciennement leur lit de camp était jonché de paille xxxx. (Lettre sur les prisons de Paris), dans Mémoires de Lacenaire, avec ses Poèmes et ses Lettres, suivis de Témoignages, Enquêtes & Entretiens présentés par Monique Lebailly 1887 une certaine partie des détenus ne couchaient pas dans des lits : ils couchaient dans des espèces de niches pratiquées dans la muraille, une botte de paille renouvelée chaque semaine leur servait de literie. On les nommait les pailleux 1887. Paris qui s'efface 1803 Jusqu'à l'obtention de ce malheureux lit, on était renfermé pendant la nuit, avec les misérables, appelés pailleux, au milieu d'une fange plus dégoûtante que celle où reposent les animaux les plus immondes. 1803. Essais historiques sur les causes et les effets de la Révolution de France 1835 une vaste cour où viennent aboutir plusieurs issues qui communiquent aux chambres des pistoliers et des pailleux 1835. Les prisons, dans Nouveau tableau de Paris au XIXe siècle 1835 Entendez-vous, là-haut ! je suis à vous, je monte, tas de pailleux ! 1835. Lettres sur les prisons de Paris, dans F.V. Raspail, Réformes sociales 1856 Il y avait une galerie, et un parterre rempli de bancs. – Cette dernière place était occupée, pendant le service divin, par les Pailleux, ce sont les jeunes Condamnés qui travaillent, et qu'on admet dans la maison pour essayer de les moraliser. 1856. Histoire anecdotique du théâtre, de la littérature et de diverses impressions contemporaines tirée du coffre d'un journaliste avec sa vie à tort et à travers <7 citation(s)>

Le prévôt est le prisonnier le plus ancien de la salle.. Les habitants des salles communes prennent le nom de pailleux et de pailleuses, parce qu'anciennement leur lit de camp était jonché de paille (RASP) / A l'origine et pendant très longtemps, une certaine partie des détenus ne couchaient pas dans des lits : ils couchaient dans des espèces de niches pratiquées dans la muraille, une botte de paille renouvelée chaque semaine leur servait de literie. On les nommait les pailleux. En 1844 il y en avait encore (VIR-PARQUISEFF)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Écrivez et postez. (aide)

Signature Code 766