Définition de : à la petite semaine

  • à la petite semaine
    • À court terme ; doucement, sans passion, sans envergure ; terme de mépris
    • fréquence : 018
    • id : 23218

Définition

À court terme ; doucement, sans passion, sans envergure ; terme de mépris

fréquence : 018
registre moderne : 3

Chronologie

1828 1902 1902 1925 1948 1950 1950 1950 1952 1954 1957 1966 1974 1977 1979 1990 2006 2011

Citations

  • 2011 la victime était un truand à la petite semaine qui visiblement cumulait les problèmes et les ennemis. source : 2011. Je tue les enfants français dans les jardins
  • 1957 La gratte et les pots de vins en veux-tu en voilà à Cédar Rapids à cette époque c'est les oignons à personne et il y a plus de caïds à la petite semaine sur les bancs du conseil municipal que de mouches sur paquet de tripaille. source : 1957?. Dix ans de frigo
  • 1925 Son premier soin fut d'organiser avec quelques amis de vingt ans une opération de nettoyage par le vide, dont un infâme juif de Douéra, prêteur à la petite semaine, fut la peu attendrissante victime source : 1925. La bonne vie
  • 1828 c'est la chambre d'un prêteur d'argent à la petite semaine, que l'on a projeté de dévaliser source : 1828. Mémoires de Vidocq – Les voleurs
  • 1950 On s'asphyxie lentement, à la petite semaine source : 1950. Ainsi soit-il
  • 1950 les révoltés à la petite semaine source : 1950. Ainsi soit-il
  • 1950 un Congolais qui finissait son doctorat en droit et trafiquait de la drogue à la petite semaine source : 1950. Ainsi soit-il
  • 1952 je tenais à voir un peu la gueule de cet assassin à la petite semaine source : 1952. Rencontre dans la nuit
  • 1950 Il faut que prenne fin cette bataille de tous les instants, cette mobilisation perpétuelle, cette guerre des nerfs à la petite semaine. source : 1950. Monsieur Paul
  • 1974 Je ressens que mon petit système de vie, au jour le jour, à la petite semaine, se déglingue, comme notre pavillon source : 1974. Le roman d'un turfiste

<10 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

À la petite semaine. Au jour le jour ; p. ext., sans plan bien établi, en improvisant inconsidérément. Et quand il y aurait la guerre ? j'imagine que ça doit se vivre à la petite semaine comme le reste (Sartre, Sursis, 1945, p. 106). Prêter à la petite semaine. Prêter de l'argent pour un temps très court et à un taux élevé. Et la dame Vauthier, ancienne cuisinière du libraire Barbet, un des plus durs prêteurs à la petite semaine, se glissa sur les pas de ses deux locataires (Balzac, Initié, 1848, p. 363). M. Rampon, qui prêtait à la petite semaine (France, Pt Pierre, 1918, p. 153). (tlfi:semaine)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.