Définition de : trip

  • trip
    • Période d'activité de la drogue (plutôt type LSD, acides) ; hallucinations plus ou moins agréables, sensations causées par la drogue ; mauvais effet de l'acid, effets anxiogènes de la drogue ; LSD, dose de LSD ; pensée, rêve éveillé, plutôt désagréable
    • fréquence : 014
    • id : 13515

trip & treep ; bad trip ; badtrip ; se faire un trip n.m.

Définition

Période d'activité de la drogue (plutôt type LSD, acides) ; hallucinations plus ou moins agréables, sensations causées par la drogue ; mauvais effet de l'acid, effets anxiogènes de la drogue ; LSD, dose de LSD ; pensée, rêve éveillé, plutôt désagréable

fréquence : 014
registre moderne : 6

usage : drogue

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1966.

1970 1970 1975 1976 1977 1979 1979 1982 1982 1985 2008 2015 xxxx xxxx

Citations

  • 2015 J'aurais besoin de came. […] J'veux juste me faire un trip, discréto, et j'payerai c'qui faut pour ça. source : 2015. Phi Prob
  • xxxx J'ai pris un chichon, un trip, une taze et une bière, énumère-t-il. La semaine, je suis artisan. Ici, je me défonce source : (notes personnelles)
  • 1982 La voix de Liza me sortit de mon trip cauchemardesque source : 1982. Qui vous parle de mourir ?
  • 1970 il existe souvent des leaders qui guident le voyage et essaient d'éviter les « bad trips » (mauvais voyages) dus à la panique. source : 1970. La drogue. Drogues et toxicomanes
  • 1985 Il avait l'habitude de déambuler dans des chambres obscures quand il se réveillait au milieu d'un trip. source : 1985. Manila Black
  • 1977 Il a été arrêté avec un copain. Il a dû être dénoncé par un revendeur. Il travaille dans les bureaux. Les « trips » ne l'intéressent pas. Il veut seulement fumer. source : 1977. Les jeunes en prison. On nous enfonce

<6 citation(s)>

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

TRIP, subst. masc. A. − 1. Arg. de la drogue. État particulier résultant de l'absorption de certaines drogues, notamment le L.S.D., qui entraîne des dérèglements psychiques et des troubles de la conscience (perte des réalités, euphorie, hallucinations, etc.). Bon, mauvais trip. Je sais que Panthère vend du LSD et qu'il a toujours de la très bonne marchandise. Je lui demande de me donner de quoi faire un voyage. Il me file un cristal − C'est de la qualité extra − sans même me demander pourquoi j'ai absolument besoin d'un trip à une heure pareille (Elle, 25 mai 1981, p. 21, col. 2). 2. P. anal., fam. État sensiblement comparable dans lequel peut être plongée une personne sous l'effet d'une boisson, d'une musique, d'une technique corporelle, etc. Il s'agit d'entraîner un groupe d'individus dans une exploration de leurs structures mentales, de les conduire vers une aventure qui ressemblera à un « voyage » psychédélique, mais bien entendu sans la moindre utilisation de stimulants chimiques ou bio-chimiques. Un « trip » sans L.S.D. (La Nef, févr. 1972 ds Gilb. 1980). Prononc.: [tʀip]. Étymol. et Hist. 1966 (G. Pomerand, Le D. Man, 46 ds Höfler Anglic.). Empr. à l'angl.trip « voyage » att. en anglo-amér. dans l'arg. des usagers de drogues hallucinogènes dep. 1959 ds NED Suppl., d'où son empl. pour désigner une expérience excitante (1966, ibid.) ou une activité favorite, un centre d'intérêt (1967, ibid.). (tlfi:trip) /

  • 1966 (G. Pomerand, Le D. Man, 46 ds Höfler Anglic.)

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.