¶ rossée

rossée & administrer une rossée ; foutre une rossée ; recevoir une rossée ; prendre des rossées n.f.

Définition

Grêle de coups, correction, volée de coups ; frapper, battre ; être battu, frappé

ALL : Tracht Prügel
fréquence : 011
registre ancien : 7 registre moderne : 7

synonyme : coup/s, gifle, correction, perdre, défaite

Chronologie

La plus ancienne attestation connue est : 1832.

1891 1895 1900 1902 1914 1917 1930 1960 1972 1974 1981

Citations

  • 1895 Y en a des hommes comme ça dans Paris, qui auraient pris les fusils, les outils, les pioches, tout, quoi ! pour lui foutre une rossée, au gouvernement de Dupuy et à ses bouffe-galette de députés ! source : 1895. En plein faubourg
  • 1972 Ensuite, bien sûr, Gâteau a été emmené au mitard et dans les jours suivants il a pris des rossées dont les détenus entendaient les cris. source : 1972. Le crépuscule des prisons
  • 1960 de la pâte molle, pas de muscles, aucun réflexe, n'ont du parachutiste que le côté « petits durs » et le roulement d'épaules. Se bagarrent dans les bistrots, mais il leur arrive souvent de prendre des rossées. source : 1960. Les Centurions
  • 1891 ils commençaient par le fouiller et lui voler tout ce qu'il avait, ils le faisaient déshabiller, et lui administraient une splendide rossée source : 1891?. Paris-Impur
  • 1974 Les éducateurs me ceinturent pour mettre fin à la rossée. source : 1974. Ancien détenu cherche emploi
  • 1914-1919 Il paraîtrait que les Allemands ont déjà reçu une rossée. Chic ! source : 1914-1919. Les carnets de l'aspirant Laby. Médecin des tranchées

<6 citation(s)>

Sources utilisées

Entrée relevée dans ces sources (sauf erreur) :

Compléments

ROSSÉE, subst. fém. Vieilli. Volée de coups. Synon. pop. fam. dégelée, dérouillée, frottée, peignée, raclée, trempe, volée. Donner, recevoir une bonne, fameuse, sérieuse rossée; une rossée exemplaire. M. Boissel déclara qu'il guetterait Lesable au coin de sa rue, à minuit, un de ces soirs, et qu'il lui administrerait une rossée à le laisser sur place (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 471). Je lui dirais quelle fripouille tu es et je te flanquerais la rossée que tu mérites devant lui (Anouilh, Sauv., 1938, I, p. 136). Prononc. et Orth.: [ʀ ɔse]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1832 (Raymond). Part. passé fém. subst. de rosser*. Fréq. abs. littér.: 23. (tlfi:rossée) /

  • 1832, Raymond (TLFi) /

Enrichir la notice. Si vous connaissez une source ancienne, une première attestation méconnue, ou si vous pouvez compléter l'étymologie ou corriger une erreur, cette notice a besoin de votre aide. Ouvrez la page de discussion (s'ouvre dans une nouvelle page) pour contribuer. Merci.